Citations

Je crois que je suis à un tournant de ma vie.
-Moi, une fois par semaine
 

12 août 2008

Les trolls, part three

Et, miracle, on arrive enfin à l’article du NYT!
Il s’agit de trolling dans la mesure où le mauvais esprit est à son maximum mais un mauvais esprit qui prend des proportions telles qu’on bascule dans ce que certaines âmes appellerait de la méchanceté pure et simple.

Le reportage commence avec l’affaire Mitchel Henderson, un jeune qui s’est suicidé d’une balle dans la tête au printemps 2006. Les trolls de /b/ (une des sections de 4chan – pour résumer on va dire que c’est un forum de geeks) ont trouvé cette histoire très drôle (surtout d’établir une corrélation avec le fait que peu de temps auparavant, Mitchel avait perdu son ipod). Un délire s’ensuit. Mais ce qui aurait pu rester un simple délire pendant une soirée entre potes (jetez-moi la première pierre ceux qui n’ont jamais fait une blague sur le petit Grégory) a pris, via la caisse de résonance que représente le net, des proportions hallucinantes. Feu Mitch est devenu une sorte de star, de running gag des trolls.
De la simple amplification de ce qui se pratiquait auparavant de façon uniquement privée (la fameuse soirée entre potes) on passe à quelque chose qui ressemble à du harcèlement. Certains trolls ont récupéré le numéro de téléphone des parents de Mitch et l’ont balancé sur la toile. Résultat : un an et demi d’appels sur le thème « bonjour, je suis l’i-pod de Mitchell, je veux rentrer à la maison ». C’est le principe de la surenchère, de l’effet de groupe – mais à l’échelle d’un groupe de milliers de personnes… La page myspace de feu Mitchel a été hackée, certains poussant la plaisanterie très loin sont allés sur la tombe de Mitch, y ont posé un ipod et ont pris une photo.

Deuxième affaire. En novembre dernier, un fait divers fait scandale. Megan Meier, une gamine de 13 ans, se suicide par pendaison. Une des explications avancées est qu’elle entretenait un flirt sur myspace avec un garçon de son âge qui a fini par la détruire. Or, il se trouve que derrière la page de ce garçon, nul adolescent mais Lori Drew, une respectable mère de famille, plus précisément la maman d’une ancienne amie de Megan qui s’est amusée à manipuler la gamine. Histoire incroyable qui ne pouvait pas échapper aux adeptes d’humour noir. Quelques jours après que le scandale ait éclaté, Fortuny, un célèbre troll, crée un blog dans lequel il crache tout son fiel contre feu Megan en se faisant passer pour Lori Drew. Les plus grandes chaînes d’infos ont discuté l’authenticité de ce blog, et la présentation plus que tendancieuse qui y était faite de Megan, la petite suicidée, a suffisamment été relayée pour déformer la vision qu’on avait de ce fait divers.

Ce qui dérange, au-delà d’une question de bon ou de mauvais goût sur quoi je ne me permettrais pas de trancher, c’est la notion d’acharnement. Quand les trolls s’y mettent, ils peuvent lancer une véritable chasse à l’homme. On « trolle » quelqu’un. Souvent un bloggeur qui exaspère. Les trolls étant de bons pirates, quand ils se fixent sur une victime, ils pratiquent un harcèlement systématique et récupèrent pour les répandre dans la webzone, adresse, numéro de téléphone, numéro de sécu etc…

Ils peuvent également pirater des sites. Mais le terme de trolls est-il encore pertinent ? Il y a certes des piratages malveillants et gratuits comme l’attaque dont a été victime le site de la fondation des Epileptiques, attaque qui a consisté à balancer sur le forum des images flash et des liens vers des animations colorées. Pas très sympa certes, c’est un peu comme faire un croche-pied à un aveugle. Mais d’autres ont choisi comme cible privilégiée l’église de scientologie et foutent régulièrement en l’air son site. Si vous êtes contre la scientologie, vous trouverez peut-être leur action salutaire, c’est une question de convictions personnelles. Vous me direz que la différence majeure est que dans le cas des anti-scientologues, leurs actions ne sont pas gratuites mais portée par un discours politique. Mais il se trouve que des trolls comme Fortuny ou Weev (même si c’est le cas de la minorité) tiennent également un discours pseudo-politique d’extermination des abrutis (à savoir tous les demeurés qui ne travaillent pas sous Linux), leurs connaissances en informatique leur donnant visiblement un sentiment de toute-puissance qui les autorise à décider de l’existence d’autrui.
La différence devient dès lors très difficile à faire entre ce qui est salutaire ou néfaste et n’est plus qu’une question de valeurs subjectives.

Aux Etats-Unis, le problème qui commence à se poser est celui de la répression ou non de ces phénomènes et là, il devient urgent d’établir des règles qui tiennent sur autre chose que des jugements de valeur du type « ça c’est une bonne blague / ça c’est de mauvais goût ». La question que pose le journaliste à Fortuny : « Is there anything that can be done on the Internet that shouldn’t be done?” nous ramène à un problème à la fois éthique et légal que pour l’instant la société n’a pas affronté : le web doit-il rester un espace de liberté absolue ? Un encadrement doit-il être mis en place ? Le principe démocratique dans lequel nous vivons veut que ce soit la majorité qui décide de la réponse.

Il est remarquable que cette question soit absolument absente des débats en France où on se limite au seul « problème » du téléchargement (pour des raisons éminemment économiques) alors qu’elle constitue une nouvelle ligne de démarcation politique essentielle.

13 commentaire(s)

11 août 2008

how to get exhusband back if i broke with him



how to get your ex back
ex girlfriends bloggs
what to say to your ex to get him back book
need to win my ex back
what are some tricks to get your ex boyfriend back

Quatre. Quatre c’est le nombre de jours que je viens de passer allongée sur mon canapé à scruter obstinément le plafond. Malgré les miaulements de la saloperie de sac à poils qui me sert d’animal de compagnie, malgré la raréfaction de la nourriture dans mon frigo, malgré les mails qui s’accumulaient.
Mais quand j’

mare not happy over back in season, getting over a break up will he come back.

guide how to get your boyfriend back

how to attract back your ex boyfriend

how can i tell if my ex bf wants me back tips

how to make your ex miss you

nice things to get your girlfriend back

get your ex back text

help me get back together with my

strategies to get ex back from another guy

how to get him back now

how to get an ex gf back

how to get girlfriend back quickly

How so you get someone to text you back

free ways to get your ex boyfriend back

wt are de signs tht show ur ex stl wnts u

ex girlfriend really hurt me

Sayings to win your gf back

clever texts to get your ex back if she is seeing someone

how to get your old lover back

how to make ex bf jealous
ai senti que les muscles de mes jambes commençaient à s’atrophier, j’ai pensé « demain, demain, promis, je me lève. »
Demain étant aujourd’hui (c’est une excellente philosophie de vie ça), je me suis levée. Certes, j’ai parcouru 5 mètres mais je suis debout. (Enfin, là, je me suis rassise.)

Mais ces quatre jours de coma cérébral n’auront pas été totalement vains puisqu’ils m’auront permis d’atteindre ce résultat-là (et oui, même en période de déprime je reste une geek et oui, j’en tire une certaine satisfaction, je vis ça comme un aboutissement) :

Photobucket

Zookeeper forever. Une espèce de tétris avec des animaux. Pour ceux qui ne connaissent pas, je vais essayer d’expliquer la règle mais ça va être difficile vu l’extrême complexité de ce jeu. Il faut aligner trois animaux identiques. Pour cela, on clique sur deux animaux pour inverser leur position. C’est à peu près au niveau d’un enfant de quatre ans (d’ailleurs vous noterez que c’est sur le site de « jeux pour enfants » – et personnes qui viennent de rompre rajouterais-je). L’intitulé « jeu de réflexion » est légèrement mensonger. Mais ce score-là, c’est quand même le fruit de quatre jours de travail et de non existence sociale. C’est pas mal même ça n’arrive pas à la hauteur des 40 000 points que j’ai fait par un incompréhensible miracle il y a deux semaines, exploit dont je n’ai pu malheureusement garder aucune trace.
2 commentaire(s)

7 août 2008

L’ornithorynque

Pourtant, on m’avait prévenue. J’ai fait des études réservées à une tribu de paranoïaques névrotiques marginaux. J’ai fait de la sémiotique. L’étude des signes. C’est très chouette. Mais ce que personne ne vous dira sur la sémiotique, c’est que ça rend fou. La sémiotique est une matière qui a réussi à éliminer la notion de réel ou de réalité. Un exploit théorique qui, vous l’admettrez, s’apparente assez à un processus névrotique. Le problème de la sémiotique n’est pas de déterminer l’existence de la réalité ou de chercher à la définir, à l’identifier (ce qui est tout de même le but de la plupart des domaines de recherches, peu importe l’angle choisi, historique, sociologique etc…) Pour nous, paranoïaques névrotiques marginaux, la réalité est sûrement mais elle est loin, inaccessible et donc tout à fait secondaire. Notre objet d’étude c’est le décryptage de système de signes que nos congénères, par naïveté totale, prennent pour la réalité alors que nous savons bien nous, qu’il ne s’agit que d’illusions auto-référentielles. Mais chacun, à travers la saturation de signes qui l’entoure, se forge sa « vision » du monde, son monde (en sémiologue, je dirais son « mondain »). Et toute sa vie, il se meut dans cet ensemble plus ou moins cohérent pensant que les signes renvoient à la fameuse réalité alors qu’ils ne renvoient qu’à eux-mêmes.
C’est assez ironiquement cruel pour une apprentie sémiologue de découvrir que l’ensemble de signes qu’elle imaginait être sa vie, avait été mal interprété et donc mal vécu. C’est d’autant plus cruel qu’elle ne peut intellectuellement pas penser « ah, je découvre la vérité » puisque la vérité est la réalité. Je me contente donc de basculer d’un mondain à un autre, d’un système de signes à un autre. Et c’est plus ou moins douloureux selon le degré de compatibilité des deux systèmes.

On va recommencer à parler des trolls, c’est quand même plus sympa.
Et des loutres aussi parce que c’est sacrément cool.

0 commentaire(s)

6 août 2008

Les trolls, part two

Originellement est troll celui qui a une haute conscience de sa nature de troll.

Et c’est ce qui m’intéresse vraiment, le troll intelligent, le troll qui trolle à dessein, j’ai envie de parler de troll ontologique mais ça ne veut rien dire. Bref. En résumé : celui qui est délibérément pétri de mauvaises intentions. Il faut dire qu’en règle générale, la méchanceté m’intéresse (tellement exotique aux yeux purs de la petite biche que je suis).

Ce troll-là décide de foutre en l’air un topic dans un forum, voir même le forum tout entier. Parce qu’il s’emmerde, parce que le sujet l’énerve, parce que ce jour-là il a un problème de constipation mais surtout parce que C’EST RIGOLO. Il ne poste donc pas pour donner son opinion, il verse dans la provoc pour faire déraper la discussion. Son mauvais esprit peut même aller jusqu’à se créer plusieurs pseudos différents pour s’auto-répondre et alimenter sa propre polémique.

Il a diverses techniques pour polluer l’espace. La plus grossière (et la plus efficace) sera de laisser un message misogyne sur « au féminin point com », trotskyste-léniniste sur « entreprise et joie de vivre » et raciste que n’importe quel forum (ex: « les noirs ils sont ken meme tre sportifs). Le plus incroyable, c’est que ça marche et qu’il y en a toujours au moins un, si ce n’est 50, pour lui répondre malgré l’adage « do not feed the troll. » Une fois ses proies ferrées, il enchaîne avec un degré de mauvaise foi inégalée une argumentation absurde (ex bis : « mè si! cé normal puisk‘ils dessendent du singe« ). Or, rien ne rend les gens aussi fous que la mauvaise foi. A partir de là, c’est bon, le forum est définitivement foutu.

Plus subtilement, il peut innocemment lancer le débat sur un sujet dont il sait qu’il va générer une chouette engueulade, un thème sur lequel les gens sont toujours prêts à sortir les couteaux et les silex pour s’écharper dans les règles de l’art – et cela sans que le troll ait même besoin d’intervenir. (Ex, sur un forum d’informaticiens qui parlaient tranquillement de jeux vidéos, demander « et sinon, vous êtes plutôt mac ou pc ? J’ai entendu dire que les macs étaient plus stables »).

Mais là où le troll acquiert mon estime, je l’avoue, c’est la méthode hautement vicieuse de l’ergotage. Il va lancer des sujets parallèles l’air de rien, avec une innocence démoniaque : « y’a un problème avec le forum, non ? J’ai l’impression que ça marche pas » ou encore « jamais ça prend pas jamai de s ? » Et hop, une fournée de dix messages pour répondre « non, je crois que ça marche, moi, j’ai pas de problème » ou « la règle c’est avec toujours » et adieu le sujet de départ du forum et définitivement rompu le fil de la discussion.
Pour avoir des exemples parlant, il suffit de faire un tour sur les topics du forum d’allociné.

Dans le genre, à lire absolument, le concours de trolling organisé par feu Versac qui avait ouvert un billet uniquement pour que ses lecteurs se livrent à une joute de mauvaise foi, d’insultes, de syllogismes, de parallèles foireux.

MAIS CE QUE RAPPORTE L’ARTICLE DU NYT EST UN PEU DIFFERENT.
(re-teaser, mais je vous jure que je vais finir par en parler de cet article).

2 commentaire(s)

5 août 2008

Les trolls, part one

Je m’attaque à un vrai post de geek qui nécessiterait d’organiser une réflexion solidement construite ce qui ne sera pas le cas je vous rassure. Le thème du jour (et d’après sa longueur il va pouvoir être saucissonné pour me tenir plusieurs jours) : les trolls. (Aucun rapport avec ma rupture n’est-ce pas.)

D’abord, vous permettrez une précaution oratoire : j’ai horreur de la diabolisation qui est faite d’internet. Ce discours « attention danger » où on a l’impression que le web est envahi par les pédophiles, les fascistes et les abrutis. Ceci étant posé, on peut s’interroger entre gens civilisés et internautes aguerris sur quelques dérives minoritaires.

Tout démarre avec un article fort intéressant du New-York Times, (oulala… c’est déjà l’extase de pouvoir mettre un lien sur un truc pareil) article que je vous invite à lire si le fait de vous coltiner 7 pages en anglais sur un écran d’ordi ne vous rebute pas. Personnellement, c’est le genre d’exploits que je ne réalise pas tous les jours mais l’importance du sujet m’y contraignait. L’article est fort intéressant mais confond un peu des sujets différents sous le nom générique de trolls.

So let’s talk about troll.
En résumé, le terme « troll » désigne sur internet les individus nuisibles. Mais par abus de langage, on arrive à un stade où le terme de troll semble s’appliquer aussi bien à un abruti qu’à un malpoli dans la mesure où ils nuisent effectivement au bon déroulement de la vie sur internet.

Personnellement, je n’ai été confrontée aux trolls qu’à de très rares reprises. Et en règle générale dans les commentaires de mes articles sur Brain (le meilleur webzine actuel blablabla). Les commentaires et la présence de trolls ayant fourni à la rédaction l’occasion de multiples discussions sur le thème « faut-il laisser aux cons la liberté de parole ? » Je suis absolument pour, d’autres pointent l’hypocrisie d’un système qui donne aux lecteurs l’illusion que leur parole vaut autant que celle de spécialistes qui ont bossé sur le sujet. Nous avons essentiellement à faire à des trolls idiots – comprendre qui ne sont pas d’accord avec ce qu’on a écrit ou même plus fréquemment qui n’ont pas compris notre propos. Mais il vaut toujours mieux avoir des trolls dans les commentaires que pas de commentaire du tout.

Un des problèmes posés par ce terme de trolls, comme souvent avec internet, c’est qu’on a un peu l’impression qu’on donne un nom nouveau à une pratique ancestrale. En soi et au sens large, le trolling a toujours existé. Prenez un dîner entre amis, la discussion vire politique, y’en a toujours un pour saboter le débat avec des arguments foireux, des analogies lamentables, des contre-vérités à foison. Des énormités telles qu’on passe le reste de la soirée à lui expliquer que « non, Sarkozy, c’est pas Hitler ». (vous avez gagné un point Godwin) Bien sûr quand je dis un, je pense « la majorité des gens autour de la table » mais bon… Donc le troll idiot n’est finalement qu’un abruti tout à fait classique qui se retrouve aussi bien sur les forums web que dans les réunions de famille.

MAIS ORIGINELLEMENT, UN TROLL CE N’EST PAS CA.
(attention, teaser pour le prochain post).

1 commentaire(s)