Social

fil rss girls and geeks girls and geeks sur facebook girls and geeks sur facebook

Citations

Je crois que je suis à un tournant de ma vie.
-Moi, une fois par semaine
 

Cam

profil1

Les Archives

18 novembre 2008

Personal branding, part two

Aujourd’hui, dans notre quête éperdue et passionnée de notre « profil de marque » apprenons grâce à l’article intitulé : « Qu’est-ce qu’un leader ? » (je mets le lien parce que je ne veux pas que vous pensiez que j’invente).

Oui, je sais, on va m’accuser de m’acharner sur Pascale. Mais d’abord quand on crée un site web on s’expose publiquement – y compris à la critique – et il faut bien l’assumer. Et à plus forte raison quand on y propage des âneries intellectuelles, des approximations et des non-sens dans un but commercial (parce qu’évidemment, elle nous vend des stages de personal branding).
Revenons à notre sujet, le leader. Ca va être in extenso mais ça mérite.

« Du point de vue du Personal Branding, un leader est avant tout une personne qui a des qualités humaines, ainsi qu’une bonne connaissance du fonctionnement des êtres humains.
C’est quelqu’un qui sait parfaitement conduire ses collaborateurs sans ordonner, sans leur donner des ordres.

Il sait susciter l’envie d’agir, ainsi que la participation des personnes avec qui il travaille. Et il a la faculté de rendre les gens heureux de faire ce qu’il leur demande.
Lorsqu’il parle, il s’adresse avant tout à la personne qu’il a en face de lui. Et il sait adapter son discours à ses interlocuteurs.« 

Et maintenant, pensons à quelqu’un qui fut en son temps un leader : Adolf Hitler.
Du coup, la phrase : « il a la faculté de rendre les gens heureux de faire ce qu’il leur demande » prend une connotation irrésistiblement jubilatoire. Mais pourquoi pas, ça reste acceptable. Passons à la suite des caractéristiques du leader :
Il est à l’aise devant un auditoire et il s’intéresse sincèrement aux autres. Tant qu’ils sont blonds et grands.
Il est humble et généreux. Mouais… pas convaincue que ce soit la caractéristique première du leader.
Il a confiance en lui. Ou il est cinglé.
Il est authentique et sincère. Oui, c’est ce que je dis : il est cinglé.
Il a du succès tant dans sa vie professionnelle que personnelle. Ah Eva…

Il a de l’humour et déborde de joie de vivre. Ou alors il aime les chiens. C’est l’un ou l’autre.
Il ne vit pas dans le passé, car il a su tirer profit des expériences qu’il a vécues et cherche toujours le bénéfice qu’il peut retirer d’une situation. Tout à fait. Prenez une petite annexion des sudètes et tirez-en profit.

Mais surtout : « Pour lui, tout est possible, si on s’en donne la peine. » Bah oui, ça Adolf il l’avait bien compris.

Evidemment, j’utilise un procédé que Pascale va trouver hautement malhonnête. Mais d’abord, ça me fait rire. Et par ailleurs, c’est très révélateur d’un certain état d’esprit que l’idée de « leader » soit forcément associée à une sphère positive. Etre le leader, c’est bien. Pourquoi, pour en faire quoi, ce sont des détails.
Mais le pire sur ce site, ce n’est même pas ce dégoulinant étalage de clichés sirupeux – sirupeux en apparence seulement puisqu’en réalité ils font appel à une idéologie odieusement agressive. Derrière le « soyez souriant, usez de vos qualités » il y a un relent de « soyez plus fort que les autres ». Non, le pire c’est qu’elle pense penser. Pascale pense qu’elle a pensé, ou du moins synthétisé quelque chose. Elle doit être convaincue que ça tient intellectuellement la route, ce marketing de l’individu comme une brosse à dent, saupoudrée d’une vague dosette de boudhisme.

Finissons sur une note plus positive, Marilyn Monroe qui parait presque heureuse.

Photobucket

5 commentaire(s)

17 novembre 2008

Personal branding, part one

Internet bouleverse plein de trucs blablabla. Et une des thématiques les plus intéressantes est celle de l’identité numérique parce qu’elle recouvre aussi bien le rapport à soi qu’aux autres et que c’est précisément l’enjeu des sites les plus visités.
Mais alors qu’il y a des milliards de choses passionnantes à dire sur le sujet, j’envisage de me lancer dans une thèse sur le sujet, se développe évidemment une branche business à travers le concept de “personal branding” applicable à son identité numérique certes mais également à sa vie quotidienne. Rien que le terme, anglicisme ou pas, est à vomir d’horreur. Enfer et damnation.
Sur cette arnaque/sujet, je me suis trouvée une nouvelle idole. J’ai découvert avec une fascination non dénuée de perversité le site de Pascale B. J’ai d’abord été sidérée par les propos tenus sur ce site, j’ai pensé que Pascale était une sacrée spécialiste dans le foutage de gueule. Malheureusement, une lecture plus approfondie me laisse penser qu’elle est sincère.

Prenons le thème « Optimisez vos rencontres lors d’une soirée ».
(Vous me direz, au moins elle, elle sait faire un titre de post cohérent)

Ca commence très bien puisque développer son business, trouver un boulot ou se faire des amis ça se gère ave la même recette. « ou que vous souhaitiez simplement vous faire de nouveaux amis, il est important de vous préparer et de faire le point sur vos intentions avant même de vous rendre à une soirée où à un événement, et de savoir exactement ce que vous cherchez. » (les fautes d’orthographe sont d’origine).
Déjà, aller à une soirée en se disant « ce soir, j’me fais des amis pour la vie », ça ne marche pas. Ca, ça marche avec « ce soir, je me fais vidanger la moule. »
Le premier conseil me paraissait judicieux : posez-vous des questions. Oui, toi, pauvre chose qui part en soirée en te disant « je vais me faire des amis », effectivement, je pense qu’il serait bon de te poser des questions. Malheureusement, la question primordiale proposée par Pascale, c’est « combien de gens souhaitez-vous rencontrer ? »

Deuxième conseil indispensable : « N’oubliez pas de venir loti de votre plus beau sourire et d’un moral au beau fixe. Et si vous êtes dans le grisou, nous vous conseillons de faire quelque chose qui vous mettra de bonne humeur… Des trucs comme :
Écouter « Rire et chanson » à la radio (lol)« 
La lolerie se passe de commentaire n’est-ce pas. Mais pas cette obsession du bien-être, cette obligation d’afficher une indéfectible bonne humeur. On n’a pas le droit d’être déprimé, énervé ou triste. Non, ça c’est mal. Ca fait fuir les gens. (Pourtant, dans ce genre de soirées chiantes, les gens les plus sympas sont toujours les râleurs). Plutôt que de faire preuve de mauvais esprit (un truc de looser ça), il faut se scotcher un sourire béat sur les lèvres quoiqu’il vous en coûte quitte à refouler au maximum et à, après quelques années, aller égorger votre voisine de palier parce qu’elle faisait trop de bruit et que le démon de minuit vous l’avez ordonné.
« Le personal branding s’adresse à ceux qui souhaitent développer une cohérence entre ce qu’ils font et qui ils sont. »
Parce que la grande question de l’identité, le personal branding, il vous l’a réglé en deux coups de cuillères à pot. Il y a l’essence de vous-même d’un côté, vos actions de l’autre, et ça n’a rien à voir. On n’est pas ce qu’on fait n’est-ce pas. C’est pas parce que je marche sur la gueule de mes collègues pour réussir que je suis quelqu’un de méprisable.

Pascale nous parle également littérature philosophique et cite un de ses ouvrages de référence (j’avoue que j’ai un doute sur la véracité du titre) : « Tous les marketeurs sont des menteurs, Tant mieux, car les consommateurs adorent qu’on leur raconte des histoires ». On passe sur le brouillage de sens entre « menteurs » et « histoire » qui semble constituer la base intellectuelle du livre – si on s’arrête sur ce genre de détails, j’en ai pour 10 posts.
Bref, un ouvrage qu’elle considère comme un des « bijoux de réflexion sur la question. Pour tenter de résumer ce que monsieur Godin nous dit, je commencerais par le constat d’un marketing qui change. Et heureusement, car nous sommes tous d’accord sur le fait qu’il était tant qu’il y ait du renouvellement dans ce domaine. Nous sommes tellement assaillis par la pub, qu’elle n’a plus beaucoup d’impact sur nous. »
Et ça, vous comprenez bien que pour Pascale c’est dommage. C’est pas du tout un soulagement de cesser de se faire récurrer le cerveau.

Avant de lui confier le développement de ma marque personnelle, j’ai voulu savoir qui est Pascale Baumeister. Et je n’ai été qu’à moitié étonnée de constater qu’il s’agit de quelqu’un qui visiblement a longtemps cherché sa voie : diplôme de commerce, architecte d’intérieur, créatrice de costumes de théâtre, commerciale, formatrice, coach. Coach ? … Finalement, le personal branding, c’est peut-être ça, une resucée du coaching qui était lui-même une ânerie inspirée de… on sait même plus quelle connerie antérieure.

Photobucket

3 commentaire(s)

4 novembre 2008

Yahoo news, the end

Dans la série Yahoo! fait notre bonheur quotidien :

Celle-là, c’était juste pour le plaisir.

A Yahoo, ils aiment beaucoup, passionnément les sondages et autres enquêtes de fond. Aujourd’hui (c’est-à-dire hier) vous avez droit à ça : « Selon un récent sondage, les hommes fréquenteraient les blondes pour ‘s’amuser’ mais préfèreraient épouser les brunes. » Avec des infos essentielles ET absurdes « seuls 18% des hommes interrogés épouseraient une blonde » ou « 49% pensent que les brunes sont des femmes plus aimantes » et « près de 48% pensent aussi que les brunes sont meilleures cuisinières« . On se croirait presque dans un reportage d’Infos du Monde. Ca me stupéfie. L’idée de ce genre de sondage c’est évidemment de ne jamais expliquer selon quelles méthodes ils ont été faits, les questions exactes qu’on a posées aux gens. Les réponses sur les qualités culinaires des brunes peuvent tout à fait avoir été obtenues en montrant au panel une série de photos de blondes mangeant du Mc Do et des clichés de brunes dans une cuisine hight-tech avec une toque sur la tête. Et la question « En vous basant sur les documents devant vous, pensez-vous que les brunes sont de meilleures cuisinières ? »

Au demeurant, ce n’est pas catastrophique, n’est-ce pas. Ca ne sert qu’à la propagation de vieux clichés. Parce que même en imaginant que le sondage a été fait des conditions à peu près acceptables, son traitement dans l’article ne mentionne pas une fois les mots de « stéréotype » ou « préjugés ». Pas de remise en question. Non c’est posé comme une espèce de vérité puisque c’est le ressenti d’une majorité. Le nombre fait la vérité.
Cet exemple est tiré de la catégorie Insolite, ont pas osé le foutre en sciences quand même. Cette catégorie Insolite est très largement alimentée par Zigonet (dont je ne suis pas certaine que le nom ne fasse allusion qu’à zygomatic et net) un site où ils ont donc ré-inventé le jeu des journalistes – « chiche de placer hypothénuse dans ton papier sur le PSG » devient à Zigonet « chiche de ne pas mettre cliché ou stéréotype dans ta bouse sur les brunes ».

Plus emmerdant, c’est quand ce mauvais traitement est appliqué aux enquêtes scientifiques. La rubrique Santé, c’est un pur festival. Si vous êtes déprimés un soir, je vous conseille vivement d’aller y jeter un oeil. Par exemple ou là. (en résumé, vous y apprendrez que l’heure d’été tue mais pas l’heure d’hiver et que pour arrêter de se droguer il vaut mieux être bien entouré).

En général, pour arriver à ça, on a une publication scientifique lue en biais par une personne et reprise par cinquante derrière. Le jeu du téléphone arabe appliqué à la science. En bout de chaîne, on arrive donc sur Yahoo avec des révélations comme « on a trouvé le gène de la dépression ». Evidemment, on n’a pas trouvé le gène de la dépression, évidemment c’est un raccourci dénué de sens, évidemment la dépression c’est pas juste une histoire de gène. Et a priori, dans la publication scientifique qui faisait état d’une étude menée sur des souris on ne parlait même pas de dépression parce que parler de dépression nerveuse pour des souris c’est un peu abusif.

Le résumé yahoonewsé d’une enquête scientifique est relève donc d’un art. (Le titre est yahonewsé, le contenu c’est de l’AFP). A partir de l’étude, on extrapole, si possible en remplaçant les termes scientifiques par des termes de la vie courante (qui au final ne désignent pas du tout la même chose) et on transforme les hypothèses en certitudes en balayant toutes les précautions de rigueur. Comme il en parle aussi.
2 commentaire(s)

29 octobre 2008

Yahoo news, part two

Yahoo news c’est aussi du contenu people mais uniquement dans un but promotionnel. Sortie d’albums, de clips etc… Donc un peu de la fausse news people. Ou de la fausse actu culturelle. Au choix.
Le maître en la matière, c’est Steven Cigale. Une personne qui devrait sérieusement songer à relire une fois ses billets avant de les poster. Et dont j’aimerais arracher la touche « ! » de son clavier, juste histoire de tester ce qui resterait de certains de ses articles.

Quatre phrases = quatre points d’exclamation. Excessivement enthousiaste, Steven applique à la lettre le slogan de Yahoo « Yahoo! la vie avec un ! »

Je ne le connais pas cet homme, je serais assez curieuse de savoir qui il est (STEVEN si tu m’entends, on se prend un café quand tu veux) mais parfois, je le soupçonne d’être grandement ironique, parce que c’est pas bon dieu possible d’écrire ça : « L’audience de la Star Ac semble en berne par rapport aux années précédentes. Pourtant TF1 ne lésine pas sur le casting de superstars sur chacun de ses primes. Ce soir, Nikos reçoit en effet Mathieu Edwards, Sheryfa Luna, Pauline, Daniel Powter, Madcon » sans être ironique. Au moment de cette news, l’audience de la star’ac n’était pas en berne, elle était catastrophique et quand on me dit superstar je pense Kanye West ou Britney Spears mais certainement pas Mathieu Edward ou Sheryfa Luna. Steven ose également des affirmations incroyablement péremptoires comme : « William Baldé, la jeune étoile montante qui nous a régalé cet été avec son Rayon de Soleil. » Là, ça se passe de commentaire.

Par décence, il faudrait peut-être enlever la mention « blog ». Parce que là, ça donne une définition du blog comme étant : une bouse rédactionnelle rédigée uniquement à des fins de marketing. Pas exactement, ce que lui espère.

En-dehors de Steven Cigale, Yahoo ils ont d’autres ressources rédactionnelles de qualité comme Purepeople et Newstar. Perso, j’ai une préférence pour Newstar. D’abord parce qu’ils font de très bons titres, non, je ne plaisante pas, du genre : « David Duchovny : guéri du sexe, il quitte sa femme ». Et l’autre jour, ils ont aussi fait CET ARTICLE où, à côté d’une photo surphotoshoppée de Victoria Beckham, ils ont osé placer les termes : sourire, simplicité et fragilité (un peu tout Posh en trois mots).

Et au milieu de tout ça, il y a Voxpop qui tente visiblement une politique d’entrisme. Voxpop, magazine de musique « indé » dont le discours à sa sortie était, il est bon de le rappeler, « nous, la presse papier on y croit à mort, regardez comme on est audacieux, on sort un mag papier payant au moment de la crise, bref, on est des vrais quoi. » discours qui était emprunt d’une pointe de mépris pour le net sur le thème « rien ne remplacera jamais le papier ». C’est bien, c’est intéressant de noter que désormais Voxpop est un des blogs musique de yahoonews et c’est sans trop de doute ce qui lui rapporte le plus d’audience.
0 commentaire(s)