Social

fil rss girls and geeks girls and geeks sur facebook girls and geeks sur facebook

Citations

Je crois que je suis à un tournant de ma vie.
-Moi, une fois par semaine
 

Cam

profil1

Les Archives

5 décembre 2008

Les Skaaz

Ma vie dans une grotte présente pour mon employeur un avantage indéniable. Je ne suis jamais arrivée aussi en avance au travail. Je me mets en route le coeur léger à l’idée de retrouver de l’internet pour une fantastique journée de dix heures de connexion labeur acharné au service de la propagation du savoir ancestral de la couture. 
Mais ce matin, de bon matin, en ouvrant mes mails, j’ai appris une nouvelle qui m’a fendu le coeur, qui a brisé net chez moi toute envie de vivre : Skaaz ferme ses portes. Et à la poubelle mon compte skaaz. 
Pour les néophytes, à savoir à peu près tout le monde – même les plus geeks de mon entourage ne connaissaient pas ce site – Skaaz devait représenter l’avenir du virtuel (mais version beauf). Partant d’un principe simple : nous sommes désormais tous perpétuellement connectés, mais parfois, la vie nous oblige à pratiquer d’autres activités que la gestion de profils sociaux, de twitter, de blog, de msn. Et dans ce cas-là, il se passe quoi ? Bah rien. Votre espace virtuel est comme inexistant, une friche en mourance qui attend que votre connexion la ramène à la vie. 
Avec cette merdouille de Skaaz, le problème était résolu. Même déconnecté, vous étiez connecté. Pour cela, vous aviez donc un petit robot ridicule à l’apparence entièrement personnalisable – tant que ça respectait sa caractéristique première : le ridicule. Démonstration avec un Skaaz de sexe masculin : 
Photobucket
Cette chose donc, si vous assumiez, vous pouviez l’exporter sur votre msn/blog/facebook et quand un de vos amis vous contactait alors que vous n’étiez pas connecté, le Skaaz répondait à votre place. 
Pour cela, il fallait lui apprendre des réponses toutes faites. On vous proposait une liste de questions susceptibles de vous être posées par vos contacts msn et à vous de rédiger la réponse de votre avatar. Evidemment, c’est là où ça devenait drôle. Par exemple définir la réponse à « Kikoo, t la ? » Qui plus est, vous pouviez définir un caractère à votre Skaaz. Vous aviez une échelle sur laquelle vous deviez placer le curseur selon votre degré d’amabilité, de cynisme etc… L’avantage principal, c’était quand un ami demandait à votre Skaaz « t où ? » vous pouviez lui dire de répondre « au restau chinois du métro Crimée en train de regarder la télé ».  
Photobucket

Bref, j’ai perdu une soirée là-dessus à m’interroger sur l’avenir de nos doubles virtuels, et voilà que j’apprends que Skaaz, c’est fini. (Espoir un peu fou : ils vont peut-être cesser de me spammer ma hotmail.) 
Annonce faite sur un ton particulièrement euphorique. Jugez plutôt : « Nous avons donc pris la décision d’interrompre le projet Skaaz malgré son incontestable succès : 660 000 Skaaz créés à travers le monde et pas loin de 10 millions de conversations! » 
Enfin… fini c’est vite dit. Les Skaaz persos disparaissent afin que l’entreprise se concentre sur son projet le plus rentable : les Skaaz professionnels. Dans un monde merveilleux, le concept serait « plutôt que de travailler, soyez sur Facebook pendant que votre Skaaz fait le boulot à votre place ». En réalité, c’est davantage « Mme Althabe, nous sommes au regret de vous informer que votre contrat d’agent d’accueil ne sera pas renouvelé, nous avons trouvé un Skaaz pour remplir vos fonctions. »  Chez VirtuOz, on appelle ça une poufiasse robotique « un agent conversationnel pour le service client des entreprises ». 
Vous les connaissez déjà : Louise sur Ebay, Léa sur la SNCF, Clara à la Fnac.com. 
Sur le thème du Skaaz, je vous offre un lien sublimement culte, d’ailleurs je copie même l’adresse tellement elle me bouleverse : www.kevindu77270.lemeilleurblog.com Parfois, je me dis qu’internet n’a été inventé que pour la production de ce type de chefs d’oeuvre. 
0 commentaire(s)

30 novembre 2008

sans télé (c’est tellement nul que ça mérite pas de majuscule)

A l’heure actuelle, je vis sans internet ni télévision – autant dire coupée du monde/recluse dans une grotte/back in préhistoire. Tout juste si y’a pas des ptéranodons qui passent en volant devant mes fenêtres. 
Mais ça va hein. Je tiens le coup. 
Tout ça à cause de mon déménagement. Le fameux, l’inépuisable déménagement, celui qui a l’air de se passer le jour de la marmotte. 
Evidemment je pourrais, soyons honnête, je vais récupérer une télé. Mais pas tout de suite. Mon masochisme n’allant pas jusqu’à m’infliger pareille torture pour rien, il y a un but avoué qui est de « créer des conditions propices à une semaine de travail intensif » (des guillements parce que je m’auto-cite pour tenter de me convaincre) et de finir ce putain de roman policier que je me traine depuis presque deux ans.  
Bref, me voilà sans télé ce qui n’est pas arrivé depuis… Juin 2000. Si, si. Je venais d’emménager dans mon premier studio et je n’avais pas encore récupéré de poste.
Là, je pourrais même en acheter une (mon pouvoir d’achat ayant bien été multiplié par 1,15 depuis mes années d’étudiante). La question est : combien de temps je peux tenir sans ?
Ca me rappelle l’expérience qui avait été menée dans les années soixante-dix (et réitérée il y a deux ans). On avait proposé à des familles de leur enlever leur télé pour faire l’expérience. Je me souviens d’une grand-mère qui avait l’air très enthousiasmée au début et qui débarquait chez son concierge au bout d’une semaine, en pleurs, pour le supplier qu’on lui rende sa télé.
JE COMPATIS MAMIE. 
A l’heure où je bloggue, je suis sans télé depuis trois jours.
Constat numéro un : les programmes de France Inter le dimanche après-midi et les soirs de semaine c’est un peu de la chiotte.
Constat numéro deux : j’ai l’impression que sans télé, on ressent davantage le froid.
Constat numéro trois : au bout d’une soirée complète, je souffrais de violents spasmes au ventre. Ca me rappelle les problèmes de sevrages du crack.
Le lendemain j’ai craqué. Après des heures d’écriture acharnées dans un silence religieux, j’ai couru au restau chinois que dieu a placé à côté de la porte d’entrée de mon nouvel immeuble et j’ai avalé leurs saloperies le nez collé à 50 centimètres de leur magnifique écran plasma. Repue d’images, je suis remontée travailler. 
Alors bon… au bout de trois jours, j’ai beau penser à tous mes amis qui vivent sans, ces amis dont j’oublie toujours le handicap et à qui je parle télé-réalité et qui m’écoutent poliment, j’ai beau me dire « bah ça va, ils y arrivent, je peux aussi le faire, il paraitrait même que c’est ça la vie normale »,  je suis obligée d’admettre qu’il manque quelque chose dans ma vie. Qu’un appart sans images qui bougent c’est pas tout à fait vivable. 
Parce que franchement, quand je lève les yeux de l’écran de l’ordi bah… y’a rien quoi. Outre qu’il n’y a pas de meuble (j’ai déménagé mais ça ne signifie pas que j’ai emménagé, vous noterez la nuance), ma seule distraction c’est Tikka, aka vomito, et ses déplacements erratiques dans notre nouvel espace. Ouais, la suprême loose. 
Et sans internet… ça, c’est même un sujet trop douloureux pour que j’en parle dans un post (et puis je triche un peu, j’ai du petit internet sur mon téléphone). Mais ce manque de connexion justifie que les deux posts suivants soient photographiques (ça va plus vite).  
PS : je pense que je ne vais pas tenir encore très longtemps. A chaque heure de la journée, je fais la liste des programmes que je râte. Dans ma tête, il est jamais 14h. Il est l’heure-des-feux-de-l’amour-en-travaillant. Il est pas 19h, il est l’heure-de-s’avachir-devant-le-grand-journal-en-envoyant-des-mails.  
PS 2 : et puis j’ai peur que les gens (vous) ils arrêtent de venir sur mon blog parce que je suis internetement morte. J’ose même pas ouvrir mes stats. 
Photobucket
0 commentaire(s)