Citations

Je crois que je suis à un tournant de ma vie.
-Moi, une fois par semaine
 

12 août 2010

Le prince charmant ou Spike ?

Tout au long de ces années passées à réfléchir sur ma vie amoureuse (plutôt que de travailler à conquérir le monde), j’ai élaboré moultes théories sur les rapports hommes/femmes au sein d’un contrat copulatoire de long terme. Et je me dis que c’est bien bête d’en priver le monde. (Vous êtes le monde.)

Remontons à l’enfance d’un individu que nous appelerons Guenièvre. Vous allez me dire, petite, la mère de Guenièvre lui lisait des histoires de prince charmant et désormais, elle attend un homme merveilleux. Mes enfants! Mais quelle naïveté charmante de votre part! Ca, c’est peut-être le cas de Mélisande, la cousine germaine de Guenièvre, mais Guenièvre, elle, nourrit des ambitions névrotiques autrement plus élevées. Guenièvre, à l’âge adulte, n’attend pas le prince charmant, elle cherche le connard merveilleux.

Prenons mon cas personnel pour le considérer comme universel en faisant fie de toute la méthodologie scientifique de base chère à Claude Bernard. Moi, le prince charmant, ça a dû me passer vers l’âge de 6 ans. Après, j’ai (temporairement) sombré dans l’attente du bad boy charmant. Vous me direz, en un sens, tant mieux, c’est plus facile à trouver. Mais en fait non. Parce que tout connard n’est pas connard charmant. Ce qui attire dans le connard, ce n’est pas son essence de connard. Ca, c’est ce que pensent certains garçons qui me disent « de toutes façons, les filles, elles préfèrent toujours les connards ». (Salut meilleur ami, ça va ?) Et bien non, ce qui attire Guenièvre, c’est la possibilité de sauver le connard, de le dé-connardiser. Et en religion, il y a un mot pour ça : la rédemption.

Ce qui a fini de niquer la psychologie de Guenièvre, c’est que la télé l’a abreuvée de ce scénario. Ca a commencé très jeune.

Parce que si, certes, Olivier Atton était sympa, on avait envie de l’inviter à notre goûter d’anniversaire, mais son potentiel érotique était fortement limité face à : Thomas Price.

oliveettom

Thomas Price n’est qu’un exemple. Ce que je veux dire, c’est que les filles qui rêvaient d’épouser Son Goku  mais fantasmaient secrètement sur Végéta, sont mal barrées. (Rappelons au passage que l’état de Super Saïyan est évidemment l’expression d’un inquiétant problème de priapisme.)

Et puis, il y a eu LE fantasme total. L’homme qui incarnait tous les contraires :

Albator

Après les mangas, il y a eu les séries. Ce qui m’amène à dire que Pacey (Dawson), Logan (Véronica Mars), Dylan (Beverly Hills) sont en réalité un seul et même personnage. (Je peux rallonger indéfiniment la liste de Doug Ross à Spike mais ça serait trop long. Spike va quand même jusqu’à récupérer son âme par amour. Et accessoirement sauver le monde.) Pour que la série fonctionne à fond, on adjoindra au connard le gentil prince (Brandon, Dawson, Duncan, Riley) qui lui sert de faire-valoir.

(Un tout petit peu avant Dylan, il y a eu Musset et tous ses héros. Lorenzo and co. A toutes les filles névrosées je vous le conseille, ça, c’est du vrai connard à fort potentiel érotico-rédemptif.)

Dans l’Antiquité, la fiction (en l’occurrence le théâtre) était sensée être basée sur la catharsis. La catharsis permettait au spectateur de projeter toutes ses pulsions dans une fiction et d’en sortir débarrassé dans la « vraie » vie. C’était une sorte de purge. Sauf que visiblement, un truc a complètement foiré dans le processus. Les spectateurs n’en ressortent pas libérés de leurs passions mais au contraire complètement renforcés dans leurs névroses. (C’est bien pour ça qu’on peut leur refourguer le même scénario dans 800 séries différentes, ça marche toujours.)

Le problème, c’est que douillettement installée dans son fantasme, cette cruche de Guenièvre va chercher la même chose IRL. Et dans la vie, l’histoire avec le connard finit en catastrophe et tonnes de kleenex puisque tout cela n’est que projection de fantasmes.

Le souci dans l’histoire avec le connard merveilleux, c’est que Guenièvre n’est pas vraiment attirée par l’individu lui-même mais par le possible devenir de cet individu. (En clair, elle fantasme total.) Et comme elle a sa pré-grille de lecture fantasmatique de l’homme, elle mettra une énergie folle à croire voir dans certains gestes une possibilité de rédemption du bad boy. Et quand ses amis lui diront « meuh non… Guenièvre, il veut juste te niquer » elle dira « oui, je sais que c’est vrai mais en même temps, je sais que c’est pas vrai ». Parce que toute Guenièvre (et là, on touche à des drames humains mes amis) toute Guenièvre donc croit qu’elle, contrairement aux autres, y arrivera, accomplira le miracle et la prophétie.

Et pire. Pas qu’elle accomplira le miracle en faisant des choses précises. Que le miracle s’accomplira de lui-même. Que le bad boy tombera fou amoureux d’elle simplement en la voyant et que cet amour le transcendera. Comme si la Guenièvre portait en elle une essence divine qui agirait sur l’individu malgré lui. (D’où les « il fait semblant de s’en foutre mais en fait, il lutte contre ses sentiments parce qu’ils lui font peur ». Oui, parce qu’arrive toujours un moment où, au début du processus de rédemption, le connard est effrayé par l’humanité qu’il ressent et cherche à fuir.)

Dans le fond, Guenièvre veut qu’à son contact l’homme change. Or comme elle préférerait quand même une amélioration, Guenièvre choisit le connard pour le déconnardiser (plutôt que de dé-princer le prince charmant, elle est pas non plus complètement débile). Mais pourquoi est-elle toute excitée à l’idée que l’homme change à son contact divin ? Guenièvre, d’une certaine manière, cherche à donner une seconde naissance au connard. Ce qui symboliquement ferait d’elle à la fois sa mère et son amante, ce qui est un excellent moyen d’anéantir sa future belle-mère, et symboliquement sa propre mère. Bref de devenir la femme toute puissante parce que préférée à toutes les autres sur terre et ensus de bénéficier de la protection totale de l’homme.

Guenièvre veut être dieu. (Dans les chevaliers du Zodiaque, moi je voulais être Athéna et qu’Athéna couche avec Phoenix.)

La prochaine fois, on verra comment manipuler Guenièvre. Et peut-être qu’on parlera de sexe. Mais je sais pas quand ça sera parce que je pars en vacances la semaine prochaine.

partager ce post sur: facebook | twitter |

 

 

93 commentaires pour “Le prince charmant ou Spike ?”

  • Je n’retiens qu’une chose de cette article : BUFFYYYYYYYYY <3

    le 12 août, 2010 à 13 h 29 min
     
  • Raté. Fallait retenir catharsis ;)

    le 12 août, 2010 à 13 h 31 min
     
  • En vacances ? En Grèce, j’espère ?

    le 12 août, 2010 à 13 h 33 min
     
  • albator ! comment ça fait plaisir de voir que je n’suis pas la seule à avoir fantasmé sur cet apollon de l’espace.
    et pour le connard, c’est la réflexion que je me suis faite récemment (ce qui a donné un papier sur ladiesroom, sobrement intitulé « salopard, ça rime avec espoir »). mais c’est évidemment une fourberie de l’esprit de guenièvre car les gens ne changent pas, et encore moins les connards.

    le 12 août, 2010 à 13 h 34 min
     
  • et c’est là que Buffy est vraiment forte, en se tapant Angel, elle était à a fois avec le connard et le gentil garçon.

    le 12 août, 2010 à 13 h 36 min
     
  • Nico : la Grèce en août ? Tu veux ma mort ?

    enaid : « salopard ça rime avec espoir » je suis jalouse de ne pas y avoir pensé. +1

    nadia : certes mais elle décide d’arrêter de coucher avec Spike ce qui est quand même une très grave faute de goût.

    le 12 août, 2010 à 13 h 40 min
     
  • Titiou : oui parfaitement. Je veux ta mort. Mon vrai nom c’est Ouin Ouin.

    le 12 août, 2010 à 13 h 45 min
     
  • Tien, t’as pas pris en compte le facteur « un connard énervera la mère de guenievre » ?

    le 12 août, 2010 à 13 h 45 min
     
  • Ouai mais à la fin elle est quand même amoureuse de lui. Et dans la saison 8 elle couche avec une des nouvelles tueuses. Un petit peu de Lesbianisme juste une fois comme ça avant de se taper MEGA SPOIL SUR LA SAISON 8 EN COMIC DONC NE LISEZ PAS LA SUITE SAUF SI VOUS LE VOULEZ : Angel à nouveau parce qu’en faisait l’amour ils ont en fait déclenché un truc et ils deviennent les maitres de l’Univers, des Adam et Eve modernes avec des pouvoirs bizarres. SPOIL TERMINE

    le 12 août, 2010 à 13 h 46 min
     
  • Si on suit ton raisonnement, pourquoi Guenièvre ne s’intéresse pas aux geeks pour les dégeekiser ? Pcq là yen a du boulot !

    le 12 août, 2010 à 13 h 47 min
     
  • J’ai rien compris…

    le 12 août, 2010 à 13 h 49 min
     
  • JH 30 ans cherche cours particuliers accélérés pour devenir un connard en bonne et due forme afin de séduire à coup sur l’élue de son cœur… (06 63 00 05 52).

    le 12 août, 2010 à 13 h 52 min
     
  • Alors, je suis bien d’accord que Wolverine il est quand même vachement mieux que Cyclope. Je pense même que ça ne concerne pas que les filles, puisque pleins de garçons adhèrent aussi à ce schéma, quoique de façon moins tranchée (ouais, je connais des mecs qui préfèrent Son Goku à Vegeta. Il doivent être croyants, ou un truc du genre.)
    Donc, si je résume, je me suis trompé en disant « de toutes façons, les filles, elles préfèrent toujours les connards ».
    Il fallait dire « de toutes façons, les filles, elles préfèrent toujours les connards MERVEILLEUX ». Subtile…

    le 12 août, 2010 à 13 h 59 min
     
  • Je suis devenu gardien de but quand j’ai découvert Thomas Price et (fast forward) j’ai épousé une Nausicaa. Mais qu’est-ce que j’essaie de prouver ?

    le 12 août, 2010 à 13 h 59 min
     
  • Ah mais non, on ne peut pas cautionner ça ! Albator et Thomas Price, mettons. Mais Spike, avec ses cheveux blonds dégueulasses et son fauteuil roulant qui sert à rien, c’est pas possible !
    Vous êtes vraiment des gens bizarres. (oui, vous, les meufs, c’est à vous que je m’adresse, faites pas semblant)

    le 12 août, 2010 à 14 h 00 min
     
  • Les connards ont la belle vie, ils n’ont qu’à faire les connards pour que les Gueux mièvres leur pardonnent tout, et pire, qu’elles redoublent d’effort pour les conquérir (encouragées par leurs interprétations de signes de début de rédemption qui n’en sont que dans leur imaginaire alimenté par toutes les séries/animes de leur enfance) alors qu’ils le méritent pas et que la plupart du temps, ça ne marchera pas… triste !

    le 12 août, 2010 à 14 h 07 min
     
  • C’est vrai que j’en ai niq…. des Guenièvre !

    le 12 août, 2010 à 14 h 14 min
     
  • Révélation évangélique ! Je viens enfin de comprendre pourquoi ca fait 20 ans que je suis a coté de la plaque en me comportant comme un prince charmant. j’avais bien sûr remarqué que le connard (badboy) attirait furieusement les filles, mais je me suis (presque) toujours refusé a m’abaisser a ce niveau, préférant trouver une non-Guenievre. je la cherche encore cette non-guenievre célibataire… ou du moins, j’ai arrêté de la chercher pour me consacrer a la misanthropie universelle.

    Bon, j’attends avec impatience la suite, pour savoir comment ajouter le Merveilleux au reste.( faire le connard de base, je pense y arriver, je le fais peut etre déja sans le savoir)

    le 12 août, 2010 à 14 h 25 min
     
  • fap fap fap fap fap fap

    le 12 août, 2010 à 14 h 46 min
     
  • C’est fou de savoir qu’il existe quelqu’un qui a exactement la même névrose que moi en ce bas monde !

    le 12 août, 2010 à 14 h 54 min
     
  • Quelle connasse cette Guenièvre…Bon quelqu’un a son numéro?

    le 12 août, 2010 à 15 h 20 min
     
  • En tout bon connard que je suis, je vais rabaisser Guenièvre en lui faisant remarquer que son correcteur haurtografique et grammatical est parti en vacances avant elle.

    la fiction (…) était sensé… e
    et d’en sortir débarrasser… é
    dans leur névroses… leurS

    « Guenièvre choisit le connard pour le déconnardiser ».
    Je suis libre ce soir :D

    le 12 août, 2010 à 15 h 27 min
     
  • Oula la @ Nounours, c’est quoi ce gros spoiler sur la saison 8 de Buffy? Buffy avec une connasse, j’imagine? Avant de revenir au gentil connard numéro un de son coeur?
    D’accord avec l’article, il n’y a pas mieux pour prouver la théorie que de mettre Riley a côté de Spike. Riley? Riley qui? Il est intéressant de penser aussi que le seul épisode ou il est question ouvertement de sexe avec Riley mettait en scène un évènement sombre qui force Buffy a avoir du sexe sale et à outrance avec lui…

    le 12 août, 2010 à 15 h 44 min
     
  • Drame du fameux fossé des générations, de nombreuses références de ce texte m’échappent…

    le 12 août, 2010 à 15 h 45 min
     
  • Belle analyse ! J’ai découvert ce site récemment- ou les bienfaits du stage glandage – et je me dois donc de lâcher un commentaire.

    Je pense qu’il existe 2 types de Guenievre : la megalo assoiffée de pouvoir divin, que tu as parfaitement décrite, mais aussi la Victime de la Vie.

    La Victime de la Vie a besoin de problèmes pour se sentir bien. Elle ne s exprime que par gémissements plaintifs et sent en sécurité dans ce mode de fonctionnement : elle attire l attention de son entourage sur ses problèmes et se trouve donc entourée et soutenue. Or la vie n accordant ses problèmes que de manière aléatoire il est plus facile pour la VdV de se créer une source intarissable de problème : tomber amoureuse du parfait connard est donc tout a fait approprié.

    Mais la VdV va plus loin. Elle est aussi un véritable usine à connard. En effet elle attire les Princes charmants, ceux-ci voyant en elle l’Occasion de sauver la demoiselle en danger – la VdV possède presque toujours un harceleur ou autre pervers dont la pauvre ne peut ( ne veut ) se défaire.

    Et comme l’explique a la perfection la théorie du trio bourrau-sauveteur-victime, le Prince fini par craquer devant ce puit sans fonds d’ emmerde, jette au loin idéaux et monture épique pour se transformer en connard. La boucle est bouclée, la VdV vient de créer sa source a chiale.

    Voilà, pour la longueur du post je tiens à dire qu’au sommet de la montagne de l’ennui, on trouve beaucoup d’imagination.

    Ps: dsl pour les fautes, il m’est impossible de relire le commentaire :-s

    .

    le 12 août, 2010 à 15 h 49 min
     
  • Et le modèle « connard espoir » existe aussi en colori:

    « handicapé de l’engagement, avec moi il se marie dans un an »
    ou encore
    « Dépressif et incompris, avec moi tu aimeras la vie »
    ou même
    « Infidèle, je serai ta seule belle »

    Ya du boulot les filles là…

    le 12 août, 2010 à 16 h 05 min
     
  • Autant on peut se tromper et confondre Dylan (connard riche) et Pacey (connard merveilleux, ok), autant Spike n’est absolument pas dans le même trip. Spike est un bad boy merveilleux: le charmant ne l’intéresse pas et la connarditude non plus. La reconquête de son âme n’est absolument pas un chantage à rien et Buffy n’est pas à l’origine de sa rédemption, il s’agit d’une auto-rédemption dont l’origine est le désir, c’est un personnage totalement merveilleux. Donc je m’insurge.
    Par hasard je me suis justement retrouvé devant Albator ce matin. Je n’avais pas regardé depuis que j’avais 8 ans. Et bien j’ai été déçu. Albator n’est pas un connard merveilleux mais bien un prêcheur-connard: potentiel de fatigue niaise aussi grand que Olivier Atton mais en plus il se la joue. C’est le stéréotype du héros avec lequel j’aimais jouer petit pour pouvoir le torturer, dans le même genre il y avait Musclor-Adam (He-man!). Avec un peu de recul ça m’explique pourquoi j’ai des soucis à valoriser la virilité (oui parce que bon j’ai été pubère très tôt, d’un seul coup la compétition contre les autres mâles m’est apparue quelque peu vaine) parce que ces personnages de curés gays présentés comme des modèles érotiques hétérosexuels ça n’a aucun sens.
    Moi, en tant qu’incarnation de Cobra (sorte de Nicky Larson dépourvu de connarditude, non par principe mais juste parce que c’est une perte de temps), mon objectif c’est de bien rigoler. Les Guenièvre s’auto-sélectionnent pour aller voir les connards (merveilleux, prêtres, gays, connards, et autres) et finalement c’est assez pratique. Mais si je n’est rien contre les Guenièvre quand elles courent ailleurs, je ne suis quand même pas nécessairement apte à supporter une revendication.

    le 12 août, 2010 à 16 h 06 min
     
  • @ Hugo : je valide! Je suis moi même entourée de VdV (on devrait même leur consacrer un blog, oui, moi aussi je suis au sommet de la montagne ennui)

    le 12 août, 2010 à 16 h 12 min
     
  • @Came plussoiting. tu tiens un angle.

    le 12 août, 2010 à 16 h 20 min
     
  • C’est vrai que les femmes adorent nous changer… Et qu’elles adorent (volontairement ou pas) être en conflit avec leurs belle-mères respective.
    Je comprend maintenant que c’est pour la remplacer.
    Donc, les femmes ont toujours tords car :
    – elles veulent nous changer,
    – elles veulent remplacer nos mamans,

    et en cas d’échec (ou pour nous culpabiliser, au choix) elles nous sorte le « MAIS JE SUIS PAS TA MERE !!! »

    le 12 août, 2010 à 16 h 44 min
     
  • […] This post was mentioned on Twitter by David Brukarz and Vanessa D. , Michael Atlan. Michael Atlan said: Qd je vous parlais des filles et des connards hier… girls and geeks » Le prince charmant ou Spike ? http://goo.gl/sz6y […]

    le 12 août, 2010 à 17 h 22 min
     
  • On avait eu la version Harpie : http://www.girlsandgeeks.com/2008/10/22/harpitude-et-panier-de-basket/, là on a la version connard, la conclusion sera-t-elle la même … ??

    le 12 août, 2010 à 17 h 23 min
     
  • Pour ceux et celles comme Fred Dieu frappés par le drame des fossés des générations…
    Cet article, c’est aussi pourquoi Barney s’envoie plus en l’air que Ted, pourquoi Hank fait tellement mouiller les culottes, pourquoi Eric est tellement plus sexy que Bill, pourquoi après des années de chassés-croisés, c’est quand même avec Mr Big que finit Carrie, pourquoi Damon a tellement plus de substance que Stephan, pour quoi on SAIT que Cuddy est folle de House, pourquoi Sloan suscite plus de mouillages de culottes que Sheperd… etc etc…
    Mais rassurez-vous messieurs, y a aussi des filles qui savent qu’à la TV c’est ptet bien plus excitant, mais qu’en vrai, ça tient quand même de l’utopie et du masochisme sauvage que de courir après les connards merveilleux, des anti-Guenièvre, y en a plein!

    le 12 août, 2010 à 17 h 45 min
     
  • Excuse moi Titiou mais je pense quand même que tu confonds Thomas Price et Mark Landers qui lui est un vrai Bad Boy (et pas un naze qui se casse la jambe tous les 2 épisodes et va s’entrainer en Allemagne le reste du temps).
    Sinon j’ai une théorie qui divise les filles meta-trentenaires en deux catégories en fonction de leur fixation de jeunesse Albator/Capitaine Flam et ça correspond assez bien à Guenièvre/Mélisande. De toutes façon à mon avis la fille idéale est fan de Cobra…

    le 12 août, 2010 à 18 h 01 min
     
  • Faudrait pas oublier le Comédien de Watchmen!
    Le preuve, SPOIL!

    Le Spectre Soyeux (la première) qui va coucher avec le Comédien alors qu’il avait tenté de la violer auparavant, parce qu’elle sentait une « gentillesse » à sauver.

    SPOIL FINI

    le 12 août, 2010 à 18 h 07 min
     
  • Carla réussira-t-elle, malgré tout ?

    le 12 août, 2010 à 18 h 19 min
     
  • @Lintrus
    Oo roflmao !

    le 12 août, 2010 à 19 h 10 min
     
  • T’as pensé à présenter Ouin Ouin à Guenièvre ? si elle arrive à le déconnardiser, respect :)

    le 12 août, 2010 à 19 h 13 min
     
  • dire que j’ai passé 8 ans de ma vie en psychanalyse, et que cette gamine vient de m’ouvrir les yeux : j’ai passé ma vie a rever de deconnardiser des connards indeconnardisables!

    le 12 août, 2010 à 20 h 20 min
     
  • a tenter de ! pas a rever de.

    le 12 août, 2010 à 20 h 23 min
     
  • Pour une théorisation du point de vue masculin:

    http://www.laddertheory.com/

    le 12 août, 2010 à 21 h 27 min
     
  • Concretement,

    une fille épouse un gars en pensant qu’il va changer, et il ne change pas
    un gars épouse une fille en espérant qu’elle ne change pas, et elle change.

    Et la morale de cette histoire c’est que les connards n’ont pas à changer puisqu’ils n’ont qu’à se pencher dans le réservoir de guenièvres transies pour trouver une nouvelle cruche aux abois :)

    le 12 août, 2010 à 21 h 56 min
     
  • Intéressant et drôle, bravo. Ce billet fait penser à cette saillie:

    une femme épouse un homme en espérant pouvoir le changer. Mais il ne change pas. Un homme épouse une femme en espérant qu’elle ne change jamais. Et elle change.

    le 12 août, 2010 à 22 h 02 min
     
  • « Et peut-être qu’on parlera de sexe »
    Ça tombe bien, demain c’est vendredi non ? ;)

    le 12 août, 2010 à 22 h 03 min
     
  • Eh bah ca part loin en psychologie cette fois…

    le 13 août, 2010 à 4 h 27 min
     
  • Je ne suis pas la seule à être atteinte de ce syndrome, ça me rassure ;-)

    le 13 août, 2010 à 7 h 35 min
     
  • @cup Kate : mais que vois-je ? Une demoiselle en détresse menacée par le dragon de l’ennui et ces monstres de VdV ?

    Très forte cup Kate, j’ai failli faire une rechute de prince charmant ;-)

    Je suis d’accord avec toi, il y a beaucoup a dire sur les VdV ! Et sur les relations humaines en général. Laissons faire Titiou, faudrait pas lui faire ombrage, et puis je vais bientôt descendre de la montagne pour les vacances.

    le 13 août, 2010 à 9 h 33 min
     
  • @ scalpel : si on tient à faire le malin en corrigeant les fautes d’inattention, autant les corriger correctement :
    « la fiction (…) était sensé… e » -> « la fiction (…) était censée… c ».

    le 13 août, 2010 à 10 h 01 min
     
  • Bonne vacances Titiou ! Ah et n’oublions pas l’ère de gloire de vilains lors de l’explosion du genre gothique et tous ses descendants, après tout, Dracula est bien plus sexy que Jonathan Harker…

    le 13 août, 2010 à 11 h 04 min
     
  • La voilà, la vraie explication. Les bad boys, les connards, c’était trop simple. En fait c’est la rédemption qui se fait d’elle-même de celui qui a refusé l’autorité et traite les gens comme des choses puis prend peur en découvrant son humanité et au passage saisit combien mademoiselle a su déceler cette potentialité là en lui parce qu’elle savait regarder dans son âme (respiration) et du coup il tombe amoureux dingue d’elle sans renier ce qui fait sa part d’ombre parce que quand même on n’est pas chez les bisounours mais on est dans le processus d’amélioration permanente et c’est comme l’économie l’important c’est la croissance.
    C’était limpide.

    le 13 août, 2010 à 11 h 20 min
     
  • Merci Titiou, mille fois merci !
    Tu viens de m’ouvrir les yeux.

    J’était avec une Guenièvre, une dure de dure. Elle a tout fait pour me pousser vers ma rédemption (en plus elle est croyante) et a fini par y arriver (enfin j’ai l’impression).
    Le seul problème, c’est que Guenièvre s’est transformée en Harpie (exactement comme tu les décris si bien ici http://www.girlsandgeeks.com/2008/10/22/harpitude-et-panier-de-basket/) dès la rédemption effectuée.

    Je te rassure j’ai finis par m’enfuir.

    le 13 août, 2010 à 12 h 04 min
     
  • @ Papa Bear : Bien vu pour le Comédien et Spectre Soyeux dans WatchMen. C’est exactement ça.
    Pffff en attendant, les gentils ils en prennent pleins la gueule parce que EUX ils n’en ont pas rien à foutre des girls.
    Ils servent de consolation à VDV et quand elle est consolée, elles repart à la chasse aux problèmes car elles s’ennuie.
    Mais je perds pas espoir et puis contrairement à la VDV, même si c’est triste, je sais vivre seul.

    le 13 août, 2010 à 14 h 25 min
     
  • @ skagangamanikoye
    Senser et censer… il y a une différence de définition malgré l’homonymie (à ne pas confondre avec l’homo nie mi…?)

    Titiou a corrigé. J’espère qu’elle ne m’a pas classé dans la catégorie Connard PAS merveilleux. C’est le célibat assuré sinon !
    Question: Mr qui partage la vie est rangé dans quelle catégorie ?

    le 13 août, 2010 à 19 h 29 min
     
  • Même si la prose de Salvatore est digne du plus pourri des Harlequin, je ne saurais que trop te recommander Artemis Entreri, le dieu des connards « rédemptionnables » ^^

    le 13 août, 2010 à 23 h 44 min
     
  • J’ai une putain de question, mais je vais attendre de lire la suite pour la poser.

    le 14 août, 2010 à 9 h 39 min
     
  • Très bon article, hilarant, authentique, et avec une photo d’Albator en prime, je bave !
    Je vais très narcissiquement vous faire part de mon expérience de cette affaire. Dès mes 5 ans, je suis tombée amoureuse de Danny Zuko joué par Travolta (pourtant qu’est-ce qu’il faisait gay) et de Shiryu (sûrement le tatouage, seul élément viril du personnage). Devenue grande et forte de ce potentiel VdV, je me suis arraché les cheveux sur quelques bad boys et connards ; j’ai notamment donné dans le « Dépressif et incompris, avec moi tu aimeras la vie » sus-mentionné par Came. Plus précisément le « misogyne et compris, avec moi tu aimeras les femmes et la vie », d’ailleurs ça a marché jusqu’à ce que je le largue, après quoi il a violemment piétiné tout mon travail… Connard ! J’ai donc décidé de viser les gentils garçons sans non plus chercher le Prince Charmant parce que, c’est bien connu, le Prince Charmant est gay, il ne le sait juste pas encore !
    Comme Marge Simpson l’a déjà expliqué à Lisa, transformer Nelson en gentleman est du domaine de l’impossible. Comprendre ça, c’est ce qu’on appelle « grandir pour de vrai »… ou apprendre de ses conneries et arrêter de rêver.

    Enfin, je reste malgré tout une grande fan de Gambit, avec cris suraigus bouffées de chaleur roulage par terre et tout et tout :3 (NB : ne cherchez pas, Cyclope est GAY, et c’est uniquement pour feinter qu’il sort avec une blonde à forte poitrine !)

    Mon conseil aux VdV : Largue-le et si possible sors avec son meilleur ami, ça lui apprendra la vie !

    le 14 août, 2010 à 16 h 48 min
     
  • Revelation : Il n’y a pas deux catégories (connard et prince charmant). Concept manichéen très à la mode quand on kiff le drama.
    Albator +1.
    Dans sa vie on tend tous à un moment à pencher des deux côtés du miroir. Mais si on a tendance à croire qu’on penche du côté des gentils et que c’est pas très vendeur (sexuellement parlant), c’est qu’on est ni l’un ni l’autre. Le connard ne se pose pas la question. Le prince non plus.

    Mais, dans le doute (putain de société à la con :D), on veut en être. Et le mieux c’est quand même le prince charmant, qui passe du côté obscur et qui va passer sa vie en quête de rédemption. On se rachete pas en 1 coup. Anakin il a beau buter l’empereur il a buté des millions de gens quand même. De quoi alimenter Guenièvre pour passer sa vie avec un connard merveilleux ?

    Sinon si t’es un connard (ou pseudo-connard… le mec qui est romantique deguisé en pervers du genre B.Stinson). Tu veux être avec la fille qui va faire de toi un mec bien (le genre de fille pour qui t’a envie de changer), mais pas de bol toi aussi t’a tendance à t’enticher de connasses. La connasse ? Elle excelle dans l’art de la rupture et de la tromperie. Ca me fait penser à Xander et à Anya :D

    Qui a dit que c’était une question de sexe ?
    Et là je rejoint ton analyse, c’est une question d’environnement culturel (les séries) et social.

    Btw, lancelot c’est un prince charmant ? Arthur c’est un connard ? C’est l’inverse ? Lancelot il fait quand même cocu à arthur à qui il a juré fidelité. En même temps, il défend la veuve et l’orphelin pendant qu’arthur il se tape des megas trip ou il voit le graaaal. Putains de romans arthuriens du zaion.

    le 14 août, 2010 à 19 h 28 min
     
  • C’est bien ce qui me semblait. Bonnes vacances et…

    le 15 août, 2010 à 0 h 34 min
     
  • Désolé pour le spam, mais je me disais bien que ce sujet était très bien illustré par un épisode fameux de House MD.
    Souvenez-vous (pour les fans) lorsque House pose un râteau à la belle Cameron (Guenièvre) alors qu’elle est chaude à souhait dans son appart… et il lui dit qu’elle n’a de désir pour lui que sa connardise et que paf le chien: qu’elle aille miauler ailleurs.
    House, > Thomas Price

    le 15 août, 2010 à 8 h 40 min
     
  • @ scalpel, je persiste : je suis bien d’accord, il existe une différence de sens entre ces deux mots homophones.
    Censé signifie « être supposé », alors que sensé signifie « qui a du bon sens ».
    On peut s’assurer que l’on doit écrire censé si on peut le remplacer par supposé. Dans la phrase ci-dessus on peut tout à fait écrire : « Dans l’Antiquité, la fiction […] était supposée être basée sur la catharsis. »
    Alors que remplacer l’adjectif par ‘qui a du bon sens’ ne fonctionne vraiment pas…

    le 15 août, 2010 à 8 h 57 min
     
  • En vrai, c’est désolant de vérité.
    Si, encore, c’est un phénomène qui ne touchait que les mômes de 18 à 20 ans, je dirais que c’est supportable.
    Mais voilà, à 25, et parfois même à 30 ans, on croise encore ce genre de comportements et d’envies puérils.

    Mais passons, parce que bon, on peut accuser les séries, on peut accuser les cinémas, les mangas, les bds, et la question reste : l’oeuf ou la poule ?

    le 15 août, 2010 à 11 h 04 min
     
  • 1- Tout le monde sait que Kleenex a toujours cautionné financièrement les séries à l’eau de rose, mais alors les mangas : scoop !
    2- Titiou, Guenièvre se serait-elle matérialisée en toi, récemment?
    3- (découlant du 2) Je pense que je vais participer à la pétition visant à appuyer le boycot d’émissions telles que secret story, parce que je crois que ça ravage pas mal de ciboulots…
    4- (consolation pour ceux qui ont réfléchi à cause de ce post, hors ceux victimes du point 3) : ce matin, avec un pote, on passait en bagnole devant une prison, et d’un coup, nous nous sommes mis à nous poiler ouvertement, montrant les enceintes du doigt et hurlant « on est libres!! » : juste pour dire que pour tout le monde, y’a des fois beh ça va pas bien dans la têtête…
    5- @ Richard : on doit avoir la même carte de club
    @ MleL : on peut se rencontrer? je veux vérifier si en te touchant, ma main passe à travers toi, ou si vraiment, enfin, après des années infructueuses de quête intense, je pourrai me dire: « oui, j’ai de l’espoir, elles existent! »
    6- Titiou, en fait j’adoooore quand tu nous tritures les méninges comme ça, nous collant les yeux en face des trous, nous forçant à admettre nos erreurs passées, nos désirs fanés ou nos préjugés abjects. la preuve je file de ce pas sur le lien de Jdawgesq. Show must go on.
    7- Le catharsis, tout le monde pratique ça à longueur de journée… si,si.
    8- @ Supplique : on sait, désormais : c’est la poule : http://www.7sur7.be/7s7/fr/1504/Insolite/article/detail/1133394/2010/07/15/L-oeuf-ou-la-poule-La-verite-enfin-devoilee.dhtml
    9- Pour finir, Titiou: vacances? Tu repars dans le pays où t’avais tout le temps les cheveux collés sur le front et le nez qui brille? fsfsfsfsfs…. aie j’ai rien dit. ok ok je cache mon ip

    le 15 août, 2010 à 15 h 19 min
     
  • Très bon post Titiou.
    Le drame social de beaucoup de mecs, c’est qu’on a été élevés par nos mamans et nos sœurs pour être des Princes. On nous a appris à respecter les gens, à être honnêtes, calmes et gentils en nous disant que c’étaient les conditions sine qua non pour trouver l’âme sœur.
    Au final on ne trouve personne parce que trop fades, trop gentils, pas assez connards.
    S’en suit une profonde misanthropie (voire dépression)
    Et on finit par atteindre 35 ans et à élever les enfants des connards quand Guenièvre a ouvert les yeux sur le monde (parce que mine de rien mère célibataire c’est pas un boulot facile)
    Happy End. Merci maman, mais j’aurais du me faire Biker.

    @miss-jekhyll : Gambit rulz.

    le 16 août, 2010 à 11 h 10 min
     
  • Ola
    moi j’ai retenu:
    « il fait semblant de s’en foutre mais en fait, il lutte contre ses sentiments parce qu’ils lui font peur ».

    trop naif, trop vrai!

    Connard de la génération des hommes éléver par leur mére, je dirais que l’abscence de pére nous permet d’être l’homme de la série TV viril qui n’a peur de rien et qui ne poséde pas le mot sentiment dans son vocabulaire.

    Cela dit dsl mais je vois encore une fois que malgrés votre attiranse vers le connard vous sombrez dans le model masculin prémacher ou préniquer plutot!
    Les mecs sont forcément ranger dans un model (comme les filles d’ailleur)une sorte de usergroup prédéfini!bientôt on pourra choisir un menu porno ou ken chez mc do avec un joujou en plastique (je crois que vous avez compris!)

    alala bon courage pour transformer un mec c’est casi contre nature!
    moi en tout cas je suis fier d’étre un connard du 21éme siécle entre barné et ted! nous n’avons pas le choix si on est différent on est seul, alors bon dieu nous a fait des mains mais faut pas abusser!Alors oui nous sommes des models en plastique organique!

    merci super blog bravo

    le 16 août, 2010 à 13 h 12 min
     
  • @Gilberto : je plussoie très fortement.
    A force d’être le fils à sa maman et le grand frère respectueux, gentil et attentionné que les premières femmes de nos vie souhaitaient qu’on devienne, c’est très difficile de sortir de ce schéma.
    On devient la figure du meilleur pote et c’est pas toujours facile à assumer… Surtout que le meilleur ami est souvent gay.

    le 17 août, 2010 à 10 h 32 min
     
  • Je tiens tout de même à noter que de Spike, tu retiens ce qu’il a fait par amour : retrouver son âme et sauver le monde. Or, j’avoue ne pas me souvenir d’une Buffy amoureuse de Spike. C’était plutôt un objet pour elle, un exutoire, l’anti-thèse d’un ex, Angel, qui l’a rejetée.

    Je ne vois pas dans la Buffy d’alors une jeune femme en quête d’un bad boy qu’elle pourrait changer. Elle est allée vers un bad boy sans aucune volonté de le changer. Peut-être même par désir auto-destructif ?

    Car rappelons qu’à l’époque, Buffy est dépressive suite à sa résurrection dans un monde plein de vampires et de destruction. Elle rate et abandonne ses études, bosse dans un fast food par pure obligation alimentaire, sans aucune volonté d’avenir, sauvant le monde parce que c’est ce qu’on attend d’elle, c’est ce qu’attendent ses amis d’elle. Sauver un monde en lequel elle ne croit plus.

    Et la relation avec Spike va de mal en pis. Alors que Buffy le rejette, celui-ci la viole, chez elle, qui plus est, ce qui n’aurait jamais pu arriver si elle ne l’avait pas initialement invité (puisque dans le monde de Buffy, un vampire se doit d’être d’abord invité pour pénétrer une demeure habitée par un être vivant).

    Bref, quitte à choisir je ne suis pas sûr que Guenièvre, si elle avait vraiment suivi Buffy, avait opté pour Spike. Elle lui aurait certainement préféré Riley qui tient davantage du Prince Charmant que Spike, tout en conservant un séduisant aspect « bad boy », mais exclusivement dirigé contre les créatures maléfiques… du moins, en façade.

    ;-)

    le 18 août, 2010 à 18 h 42 min
     
  • Tres Bon post et tres MAIS ALORS TRES fandard !
    Je comprends maintenant pourquoi les filles//femmes restent avec des mecs qui les maltraitent.
    « oui je peux le changer j’en suis sur » « au fond c’est un mec bien » … à cela je répondrais quelque chose de totalement constructif … MAIS FERME TA G***** !
    Comme dit precedemment, surement du à un manque de clairvoyance ou de maturité.
    @Homeboy G33k : Je pense que titou (ou peut etre que je me trompe) parle de bad-boy « gentil-mechant ». Pas de bad boy « méchant-méchant ». D’ailleur, plus loin dans Captain Tsubasa, Mark Landers devient un « gentil-méchant »!
    Pour revenir à Dragon Ball, je pense qu’elles auraient pu craquer pour « petit-coeur » s’il n’avait pas une tete d’haricot vert! (remarque : je tiens à dire que ma soeur aimait Krilin, on peut m’expliquer ? xD).
    Ps : Mesdames, votre meilleur ami n’est pas une girouette ! Par pitié arreter avec la phrase « delamortquitue » : « Ce n’est pas possible entre nous, tu es comme un frere pour moi! » … Et l’inceste dans tout ça hein ?!

    le 19 août, 2010 à 9 h 12 min
     
  • JE CAPSLOCK POUR ATTIRER L4ATTENTION SUR LE FAIT QUE LA PAGE D4ACCUEUIL EST DESORMAIS INFERNALE A CHARGER 5Y4A UN TRUC QU4EST PAS NORMAL A L4EVIDENCE°

    autrement très bon article, j’ai enfin compris quelque chose à la vie

    le 19 août, 2010 à 14 h 52 min
     
  • En fait la projection de fantasmes sur ledit connard c’est un peu comme une projection de notre subconscient dans Inception ?

    ok je sors.
    très bel article, bien écrit et fun, et surtout -malheureusement- ultra lucide. thx.

    le 19 août, 2010 à 15 h 04 min
     
  • à 20 ans les femmes cherchent un connard
    à 30 ans elles cherchent à se marier (« j’ai cherché à me rassurer » dixit pub d’un site de rencontre dontjmesouvienspu)
    à 40 ans les femmes cherchent à divorcer
    et à 50, ben il est trop tard ahaha PWNED.

    sérieusement 40 (voire plus) de féminisme pour en arriver la…

    sinon ce que tu décris c’est une Bovary Moderne. Flaubert connaissait pas les séries cependant.

    le 20 août, 2010 à 14 h 15 min
     
  • Bof, moi je préfère tes vidéos de chats…

    le 21 août, 2010 à 19 h 21 min
     
  • Bon, l’heure est grave Titiou:

    ON SE FAIT CHIER !!

    Fini les vacances, on a plus rien à lire nous !
    (ton prochain article à intérêt à être un vrai feu d’artifesse…)

    le 22 août, 2010 à 8 h 36 min
     
  • Géniallissimement drôlissime cet article sur le PRINCE TROP CHARMANT !!! Enfin…c’est comme ça que je l’appelle, ce looser ascendant bad boy so zzzexy qui nous attire tant LOL !

    Bises et merci pour cette tranche de rire que tu m’as offerte ;)

    le 22 août, 2010 à 17 h 58 min
     
  • Maintenant je comprends pourquoi mon attitude de connard respectueux (j’appelle cela être « rude ») avec les filles que trouvrait ennuyante au possible sur les webchat finissait toujours par en attirer certaines. Cela m’a donné beaucoup d’envie de meutre.
    Vive la science!

    le 23 août, 2010 à 1 h 23 min
     
  • je pense que ,niveau culotte mouillée, Marc Landers (de la Toho) est bien mieux classé que Thomas Price.
    cordialement
    le chevalier zob

    le 23 août, 2010 à 22 h 14 min
     
  • @Killy : hmm, un connard respectueux. Une vrai contradiction. J’ADORE =)

    le 23 août, 2010 à 23 h 21 min
     
  • […] une fois, j’ai crû que je pouvais sauver Eigil et je me suis magnifiquement retrouvée dans l’article du blog Girls and Geeks, déniché par Winnie. Merci […]

    le 23 août, 2010 à 23 h 30 min
     
  • En plus, j’ai l’impression qu’il existe une sorte de fantsame innateignable dans cette histoire : si, par miracle, le connard change et devient un « mec bien », il ne sera plus l’etre recherché par Guenièvre puisqu’elle veut un connard.

    le 24 août, 2010 à 17 h 01 min
     
  • Exact! ce qui conduit inévitablement à l’éviction pure et simple du connard sus « rédempté » accompagné d’un ennuyé :
    – C’est pas ta faute, tu comprends, tu as changé; mais je t’aime toujours… mais plus d’amour!

    Elle est conne parfois Guenièvre.

    le 24 août, 2010 à 18 h 35 min
     
  • Mode Jean-Jacques Rousseau [ON]
    Tout ça c’est de la faute des auteurs et des comédiens…
    Mode Jean-Jacques Rousseau [OFF]

    le 26 août, 2010 à 11 h 04 min
     
  • Ouais bien capté de quoi il s’agissait mais un commentaire m’a fait relativiser, on est tous le connard de « quelqu’une » ou bien on a tous une part de connard en nous. Finalement cette interprétation est tout à fait sensée mais n’a pas lieu d’être universelle. Manque plus qu’Einstein dans l’analyse et c’est au poil.

    le 30 août, 2010 à 13 h 42 min
     
  • Je parie que c’est le .gif sur le blog d’Elixie qui t’a inspiré et t’a fait choisir Spike !

    le 31 août, 2010 à 15 h 38 min
     
  • Quid de la connasse?

    (au fait, je vois souvent « sensé » sur ton blog, à la place de « censé », pas très grave mais bon…)

    le 1 septembre, 2010 à 14 h 50 min
     
  • Techniquement tu te retrouves coincée en fait.
    Il n’y a point de salut pour le connard, sinon il perdra son essence même. Dans ces relations il n’y a que deux issues, soient le connard reste un connard et finira soit par te tromper, soit par te jeter comme un connard qu’il est.
    Soit tu arrives à le changer (1/100 environ de le changer plus que temporairement bien entendu).
    Mais pourquoi cela ne se produit il qu’une fois sur cent environ, je parle là de changement durable et pas de changement temporaire, parce que temporairement tout le monde peut changer.
    Pour répondre à cette question il faut raisonner par l’absurde et nous placer dans le cadre improbable dans lequel tu arrives à le changer. Du connard sans cœur au comportement douteux, il devient le gentil bad boy à la Fonzi, un gars qui en jette, tout le monde sait que c’est un caïd mais dont le comportement n’est plus en adéquation avec l’image fantasmé de ce qu’il est. Outre le caractère schizophrénique d’une telle situation il va, à tes yeux perdre ce petit piquant, ce petit quelque chose qu’il avait d’attirant. N’étant pas attiré par lui, mais par son image (qui a dit que les femmes étaient superficielles ?), celle-ci va jaunir, se ternir, et finalement tu verras ce qu’il est vraiment : un pauvre type. Dans de telles conditions, et je te le demande, quelle est la probabilité que tu le gardes prêt de toi ?
    Elle est nulle à terme (enfin en deçà des 1% dont on parlait). Bien sur tu te dis que non, mais une fois l’illusion perdue… il ne reste rien, une fois que tu l’auras changé il y a peu de chance que tu trouves toujours a ton gout cet ersatz.

    On trouve l’exemple le plus flagrant de ce phénomène dans Saint Seiya. Souvenez vous de Hyoga, il présente au tout départ toutes les caractéristiques du bon gros connard, sûr de lui, limite pédant, mystérieux presque énigmatique, antipathique à souhait avec ce côté un peu fascinant du déviant fantasque sans être pour autant excentrique, au fil du manga il devient le bon petit gars gentil sur qui on peut compter. I1l perd tout caractère et fini par devenir un pauvre type comme les autres (insupportable quoi). Il a perdu son essence, il s’est coulé dans le rang…

    Enfin pour la faire courte et conclure les rapports homme femme dépendent grandement de ce fantasme collectif qui nous pousse à croire, l’un comme l’autre, qu’on peut se changer.
    Les hommes n’aiment pas les moules, les « femmes parfaites » sans caractère, et pourtant ils aspirent à la rencontrer.
    Les femmes n’aiment pas les connards, mais espèrent les changer sachant qu’au final si elles le changent, elles s’en lasseront…

    le 2 septembre, 2010 à 13 h 33 min
     
  • hehe, les commentaires sont presque aussi intéressants à lire régulièrement que l’article…
    @ Momos, se rencontrer ça va pas être possible, mais promis, je suis une vraie fille, en chair et en os, et des non-Guenièvre, y en a, et je suis loin d’être la seule, continue de chercher, je sais au moins de source sûre que y en a pas mal qui traînent à Paris (pour le reste, je n’y mettrais pas ma main à couper mais je suis certaine qu’il doit y en avoir quelques unes aussi)

    le 3 septembre, 2010 à 4 h 18 min
     
  • Nous, pures et innocentes créatures, chercher à changer les mecs ? Mais absolument pas, voyons ! :-)
    http://www.adapteunmec.fr/2010/08/l%E2%80%99arnaque-du-cv/

    le 3 septembre, 2010 à 9 h 50 min
     
  • J’en étais arrivé à la conclusion que le fantasme féminin ultime était de se trouver un bad boy, d’exacerber son côté sensible, et de le faire changer, non pas pour vous mesdames (ah non! je veux pas que tu fasses quelque chose juste pour moi!), mais pour lui-même, parce qu’il se sera rendu compte que vos paroles sont teintées de bon sens. En clair une femme veut être l’omnisciente salvatrice qui transforme la bête en prince charmant tout en lui gardant ce côté rebelle qui lui va si bien (et puis un chat qui a coincé une souris préfère qu’elle bouge un peu avant de la croquer : sinon, ça perd toute sa saveur).

    Ou alors je ne suis tombé que sur des tarées (ce qui n’est pas impossible non plus).

    le 17 septembre, 2010 à 8 h 26 min
     
  • On n’est toutes attirée par le danger un jour ou l’autre. C’est si ennuyeux un prince charmant !
    Cherche connard sexy, drôle et sans gêne !!! ^^

    le 22 septembre, 2010 à 16 h 27 min
     
  • C’est l’histoire de ma vie. Albator a fait des ravages.

    le 10 novembre, 2010 à 15 h 41 min
     
  • Bonjour,

    Je suis l’antithèse du connard merveilleux. C’est à dire le mec qui lutte depuis toute sa vie contre ses pulsions de connard, chérit ses valeurs morales (à la limite du maladif), fait tout pour ne jamais, ô grand jamais, être un connard, au moins en actes (ne jamais se satisfaire des apparences et des premières impressions, par exemple, respecter l’autre et être à l’écoute, et tout le bazar), mais se rend bien compte qu’au fond, instinctivement, malgré toute sa bonne volonté, il n’est qu’un connard de plus.
    Du coup, avec les personnes de sexe féminin, ça marche moyen. Moyen-moins. Tout s’explique.

    C’était mon témoignage. Je vais me châtrer.

    Au revoir.

    PS : Si on pousse ta démonstration jusqu’au bout : Après avoir atteint la rédemption, le connard merveilleux a-t-il encore un intérêt ? N’est-il pas, tout simplement, devenu inutile et appelé à être remplacé par un autre connard merveilleux en attente d’être guéri ?

    le 10 avril, 2011 à 23 h 41 min
     
  • 1) J’ai huit mois de retard.
    2) Tout a déjà été dit.

    le 11 avril, 2011 à 0 h 02 min
     
  • Jean Sol : j’aime bien que des gens commentent des vieux posts, c’est rassurant. Ca veut dire qu’ils continuent un peu d’exister, et vu le temps que je mets à les écrire, c’est une bonne chose.
    Sur l’après rédemption du connard, il faut qu’ensuite, il garde quand même certains traits de connardise, que la fille ait l’impression qu’il peut à tout moment rebasculer du côté obscur et c’est seulement parce qu’il l’aime qu’il ne le fait pas. (Je devrais être scénariste de séries pour adolescentes.)
    Sinon, plutôt que la castration je te conseille de te battre la bite avec des orties. Je pense que ça doit être une sensation intéressante ;)

    le 11 avril, 2011 à 10 h 08 min
     
  • « Sinon, plutôt que la castration je te conseille de te battre la bite avec des orties. Je pense que ça doit être une sensation intéressante ;) »

    Oui, enfin c’est pas aussi irréversible et douloureux qu’une vrai castration : tout le monde sait ce qui est le plus simple et efficace pour calmer les piqûres d’ortie : la salive.
    Après selon la… posologie, cela peut être même tout le contraire qu’une castration.

    J’dis ça, j’dis rien…

    PS : 11 mois de retard. Tout moi, ça.

    le 7 juillet, 2011 à 12 h 42 min
     

Poster un commentaire