Social

fil rss girls and geeks girls and geeks sur facebook girls and geeks sur facebook

Citations

Je crois que je suis à un tournant de ma vie.
-Moi, une fois par semaine
 

Cam

tartine

Les Archives

8 décembre 2015

Ca s’appelle une « tranche de vie »

Mes chers amis,

on a peut-être pas la tête à la gaudriole mais enfin bon, il se passe des choses pas intéressantes dans ma vie donc il faut bien que je vous les raconte. N’oubliez pas que le blog repose sur un impératif apodictique “Ecris seulement des textes totalement dérisoires qui pourraient ne pas avoir d’écho universel”.

Histoire de vous appâter, on va commencer par du sexe. L’autre nuit, j’ai fait un rêve érotique. En soi, c’est déjà un évènement et, encore plus intéressant : c’était un rêve explicite. En temps normal, mes représentations nocturnes érotiques les plus hard consistent à patauger dans une piscine avec Brad Pitt. (On joue à s’éclabousser.) (Surtout lui.) Mais cette fois, j’ai rêvé que j’étais dans le lit avec le Chef. Et j’étais prise d’une envie irrépressible de baiser. Mais il dormait. Et d’un coup, j’avais une espèce de compréhension inédite de la sexualité. Ca m’a vraiment fait comme une révélation sur la sexualité en général et la mienne en particulier. Je me disais “mais j’ai qu’à le baiser quand même. De toute façon, il va se réveiller et il sera forcément d’accord.” Et je le baisais. Et il était content.

Le lendemain matin, j’avais un sentiment “d’empowerment” très puissant, presque grisant. Logiquement, je décide de partager cette histoire avec le Chef. Il m’écoute attentivement faire le récit enthousiaste de mon rêve. Puis, il me regarde avant de dire “ah… Donc ta révélation c’est que tu n’avais pas besoin de mon consentement. En fait, tu as rêvé que tu me violais.” Douche froide. Je réfléchis un peu parce que non, vraiment, dans mon rêve c’était pas présenté comme ça. D’ailleurs, à titre personnel, je pense que le viol, c’est pas bien. Là, c’était juste un sentiment de pouvoir lié au fait de décider seule, de m’abstraire du protocole classique (= s’assurer que la personne est ok). Rien à voir avec un viol donc.

– Tu avais un sentiment de puissance parce que tu décidais seule, c’est ça ?

– Oui, c’était… c’était comme si je pouvais me servir. Je me rendais compte de ma liberté et de mon pouvoir.

– Oui bah donc c’est un rêve de viol. Mais c’est pas grave hein.

– Non mais rien à voir! Je savais que tu serais d’accord.

– Sauf que je dormais.

– Oui, mais tu disais pas non.

– Ok…

– Putain… Merde, t’as raison. J’ai rêvé que je te violais et que je kiffais ça.

Je ne sais pas encore quel enseignement en tirer mais je me suis sentie un peu merdeuse.

Heureusement, je n’avais pas le temps de m’appesantir sur le sujet parce que j’ai beaucoup de choses à faire en ce moment. Notamment m’occuper des cadeaux de Noël.

En ce qui concerne Têtard, 3 ans et demi, le problème c’est qu’il a changé d’avis toutes les 24h depuis trois semaines. De mémoire, il a successivement voulu : un ours polaire, un robot qui détruit tout, une poupée qui ferme les yeux quand on l’allonge, un robot qui parle, une voiture télécommandée rose, un ninja vert, l’étoile de la mort en lego. Jusqu’au week-end dernier, où on a regardé Toy Story (Joss Whedon 4ever) et où il a fermement décidé que LE cadeau de ses rêves, c’était un Buzz l’Eclair, vers l’infini et au-delà.

De mon côté, je me suis déjà offert le cadeau de mes rêves :

Buffy-me

Mais j’ai été une enfant et je me souviens que les synapses ne fonctionnent pas toujours correctement chez eux et que ces entubeurs de la pub profitent largement du système intellectuel atrophié des petits. Moi comprise. Je me suis faite couiller plein de fois par ces connards du marketing. Prenons, par exemple, la montre Flik Flak. La pub disait ça :

C’était mon rêve. Flik et Flak avaient l’air tellement sympa. Je voulais à tout prix que ce soit mes amis. Et, par chance, j’ai eu ma montre Flik Flak. Ce jour-là, j’ai appris le mot “désillusion”. Dans ma montre Flik Flak, il n’y avait pas de petite souris qui se mettait à courir après le fromage. Il n’y avait ni rire ni chamaillerie. Flik et Flak ne me parlaient pas. La vérité : c’est qu’il n’y avait pas de Flik et Flak intégrés dans la montre. Il y avait juste deux putains d’aiguilles peintes à leurs effigies. Désolation. Absolue.

Donc j’ai voulu éviter ça à Têtard. On a une discussion assez profonde sur l’animisme et le caractère méta de la narration de Toy Story (Joss Whedon oblige). “Mais tu as compris Têtard que Buzz l’éclair, ce sera juste le jouet ? Il ne sera pas vivant comme dans le dessin animé tu sais ? Dans le dessin animé, au début Buzz l’éclair il ne sait pas qu’il est un jouet, il croit qu’il est un vrai cosmonaute. Après, il comprend qu’il est un jouet. Mais comme c’est un dessin animé, c’est quand même un jouet vivant. Le Père Noël, il ne va pas t’apporter un jouet vivant hein ?”

Comprendre : le père noël, il va t’apporter un jouet mort. Mais ça, je lui ai pas dit parce que récemment, j’avais déjà bien bien merdé avec lui. (Attention, anecdote dans une anecdote.)

Têtard est à l’âge où il parle beaucoup de la mort. Peut-être aussi que le fait de voir BFM tourner en boucle pendant les attentats a eu une légère incidence. Mais, franchement, la psy a trouvé qu’il gérait très bien. Il lui a dit que le problème pour les attentats c’est que Spiderman était arrivé trop tard.

Ce qui n’est pas faux.

Bref. (Vous le sentez l’escalier qu’on descend là ?)

Qu’il y ait une angoisse de la fin, de la mort, de la disparition, c’est normal. Mais comme je suis une super mère, j’ai réussi à lui créer une autre angoisse.

Un soir, on jouait tous les trois sur le canapé : Curly, Têtard et moi. Moi, j’aime bien parler avec Têtard. Il est pas trop con. Donc, sur un coup de tête, je lui demande : “Est-ce que tu te souviens avant que Curly naisse ?”

Têtard très sûr de lui “oui, il était dans ton ventre”. (Par contre, il ne semble pas se souvenir qu’il me crachait sur le ventre en disant “veux pas bébé”.)

“Oui, mais avant qu’il soit dans mon ventre, tu t’en souviens ?”

Son regard vascille un peu. Je sens que j’ai gaffé et j’essaie d’attirer son attention sur autre chose “oh, regarde, une publicité pour une crème anti-rides!” mais il est trop tard.

“Mais… Il était où Curly avant d’être dans ton ventre ?”

“Et bah… il n’existait pas.”

Au fond de ses yeux, j’aperçois les feux de l’angoisse s’allumer.

“Non mais il était où ?”

“Il était nulle part. Il n’existait pas. C’est tout. Comme toi. A un moment, tu n’existais pas.”

Là, il s’est décomposé et a commencé à crier comme un nazi qui voudrait me faire avouer mon abominable crime :  “On était dans ta bouche ?!!! TU NOUS AS MANGES ???”

Voilà. (Vous noterez l’esprit logique de cet enfant. Avant d’être dans le ventre, tu es dans la bouche.)

Une réussite cette discussion. En même temps, comment je pouvais savoir qu’un gamin de trois ans n’est pas capable de conceptualiser un espace-temps dans lequel il n’existait pas ? Comment je pouvais imaginer qu’il n’y avait pas que l’angoisse de la mort, mais du non-être en général ?

Bref, revenons à Buzz l’Eclair. Rassurée par notre discussion, je pars à la recherche d’un Buzz l’éclair en me demandant où je vais trouver ça (vu que ça a quand même 20 ans). Arrivée à Jouet Club, je vois ça :  

Buzz-eclair

Ok. On est un troupeau de mères prosternées devant le rayonnage où trônent des dizaines de Buzz l’éclair, tous affligés du même terrible problème de prognathisme. Parfois, une mère ose effleurer une boite et on entend “Bonjour, je suis Buzz l’éclair. Vers l’infini et au-delà”. Et puis, je me penche un peu plus et je regarde la petite étiquette en-dessous. Et là, je vois 99 euros. C’est marrant, j’ai lu le prix et immédiatement mon anus s’est dilaté.

WHAT ?

Alors, il y avait 3 prix, 99,99 euros, 84,99 euros et 54,99.

J’ai acheté le moins cher et j’ai pas pu m’asseoir pendant une semaine. (Quelqu’un sur Twitter me disait qu’il avait voulu faire le malin et en acheter un pas cher sur e-bay. Résultat, le truc répète “verso l’infinito e oltre”.)

Pour Curly, je décide unilatéralement de trouver un cadeau qui nous permettra de dormir. Parce que depuis quelques jours Curly hurle dès que je le pose dans son lit, puis à chaque fois qu’il finit un cycle de sommeil. Et le matin à partir de 6h. J’achète donc une veilleuse-berceuse de compétition, un truc qui pourra l’occuper quand il est réveillé (d’après le descriptif, le truc est censé balancer des feux d’artifice dans la chambre pendant qu’un orchestre symphonique au complet se met à jouer). Mais Noël, c’est dans beaucoup de nuits, c’est dans beaucoup d’heures de sommeil gâchées par ses hurlements comme j’en ai fait la douloureuse expérience mercredi soir. Ce soir-là, j’étais claquée. Je me mets au lit et je m’apprête à m’endormir devant des images qui bougent de New-York Police Judiciaire Unité Spéciale Histoires Glauques. A la minute où un nourrisson se fait violer par un clown qui se révèle être le beau-frère de sa mère, c’est-à-dire au moment où je m’endors paisiblement, Curly commence à m’appeler en chouinant. “Maaaamaaaannnn”. Je l’ignore parce que si je le prends dans les bras dès qu’il crie, on en sortira jamais et puis dans l’épisode on en est au moment où on découvre que ce n’est pas le clown beau-frère qui a assassiné le bébé en le mettant dans le four. Sauf qu’à minuit, Curly monte en volume et qu’il risque de réveiller Têtard. Je craque.

J’y vais, je le prends dans mes bras, je le ramène dans la chambre, je l’installe confortablement calé sur mon oreiller, serré contre moi. Il me regarde, il me sourit et il me gerbe dessus. Tranquille. L’odeur de petit pot tomate/poulet macéré, pas digéré depuis 5 heures se répand partout. Je pars le changer, et donc je ne saurai jamais si c’est la mère qui a voulu protéger son beau-frère ou si ce n’est pas simplement le voisin qui a confondu le bébé avec un gigot. Je me rends compte que j’ai du vomi dans les cheveux mais j’ai sommeil. On retourne dormir dans cette douce odeur. Etonnamment, je dors mal.

Le lendemain matin, j’accompagne Têtard à l’école, la gueule en vrac. L’équipe scolaire et les autres parents d’élève ont l’habitude. Ils savent que je viens de me lever, que j’ai avalé une tasse de thé, mis des baskets, un manteau et que ma présence en ces lieux à une heure aussi matinale relève du miracle.

Ensuite, je passe la journée à bosser pour faire la newsletter de Slate. Ce qui est l’occasion pour nous d’en parler un peu puisqu’il s’agit de mon nouveau travail et que ça a un lien avec le blog. Parce que ce n’est pas une simple newsletter. J’y écris toutes les semaines un texte, le genre de trucs que je postais avant sur le blog, et j’y mets une revue des liens que j’ai aimés.

Avant de vous inscrire (ICI), vous pouvez aller voir ce que ça donne.

Y en a eu plusieurs.

Voici la 2ème. Voici la 3ème. Voici la 4ème. L’avant-dernière. Et la toute dernière. 

A partir d’ici, je vous propose de faire une petite pause et d’aller aux toilettes ou de bosser un peu, parce que vous aurez peut-être remarqué que ce post est obscènement long. (J’avais hésité à le couper en deux.)

Donc après une nuit de merde et une dure journée de labeur, je pars chercher Curly à la crèche. On me le tend en me disant “bon courage hein”. Ok. On va chercher Têtard au centre de loisirs. On rentre. Je leur fais à bouffer. Curly pleure, crie, râle. Et Têtard parle parle parle. Et au milieu de ce bordel, j’ai une sensation bizarre que j’identifie comme “je me sens pas bien”. Quelques minutes plus tard, elle se transforme en tête qui tourne. J’ai l’impression que je vais m’évanouir. Je calcule alors que je n’ai pas mangé depuis 24h. Je me fais à bouffer des pâtes à la carbo dégueu. Comme Curly refuse que je mange à table et que je veux qu’il se la boucle, je mets mon assiette sur la table basse, je m’installe devant en tailleur, je commence à manger. Curly vient à côté de moi et… putain. Et il gerbe dans mon assiette. Alors, mettons-nous d’accord. Le vomi c’est dégueulasse. Voir quelqu’un vomir alors que t’as de la bouffe dans la bouche, c’est vraiment immonde. Mais en plus le mélange de son vomi dans mes pâtes, c’était vers l’infini et au-delà de l’horreur. Après, il hurle. Normal. Je prends un sopalin qui trainait sur la table pour lui essuyer la bouche quand Têtard nous rejoint, pantalon et culotte sur les chevilles. Il se met dos à moi et se penche en avant, jusqu’à ce que ses mains touchent par terre. Pourquoi ? Parce qu’il avait fait caca et qu’il voulait que je lui essuie le cul. J’ai donc à ma gauche un bébé plein de gerbe, sous mon nez mes pitoyables pâtes au vomi, et devant moi, en frontal, un petit anus entouré de merde.

Là, mes amis, j’ai cru que j’allais totalement basculer dans la folie. C’était plus que je ne pouvais supporter. D’une main j’essuyais la bouche de l’un, de l’autre les fesses du grand. Finalement, j’ai attrapé mon téléphone et envoyé un très sobre “Tu rentres à quelle heure ?” au Chef. “20h45”. Il était 19h30.

J’essaie de réparer un peu tout ça. J’ai toujours envie de m’évanouir. Alors je fais l’une des choses les plus ignobles depuis que l’humanité est sur terre. J’essaie de trier dans mon assiette quelques lardons intacts et je les bouffe. Pendant que Curly continue de hurler. Et que Têtard sort de je ne sais où un réveil mécanique et s’amuse à faire ding ding ding à côté de mon oreille.

Finalement, je ne sais plus trop comment, je parviens à ne pas me suicider. Je réussis même à les coucher. 21h, le Chef rentre : je suis donc en jogging dégueu, affalée sur le canapé et je regarde d’un oeil vide l’écran de la télé. Envoyé Spécial. (J’en étais là oui.) (Je comprends mieux qui sont les téléspectateurs d’Envoyé Spécial. Des gens qui viennent de se faire gerber dessus.) Je suis épuisée. Et à bout de nerfs.  

Et là, vous croyez que c’est fini ?

Bah non. Parce qu’il se trouve que ce soir-là, je devais aller à l’émission d’Antoine de Caunes pour une petite interview sur les trolls.

21h30 je me change péniblement.

21h45 je rampe dans le taxi. J’envisage de lui dire “changement de programme, emmenez-moi à Orly.” Je passe 15 minutes à m’imaginer allongée seule sur une plage de sable fin.  

22h15 j’arrive dans l’espace VIP de l’émission. Je suis fracassée. Je veux dormir. Je ne veux plus jamais me relever. On propose de me prendre mon manteau. Je refuse, je me pelotonne dedans et m’avachis dans un fauteuil. Le barman vient me tendre une coupe de champagne. Je le regarde sans comprendre. Je lui dis que non, je vais prendre un verre d’eau. Il insiste et me propose du vin. Il ne sait pas que je n’ai ni mangé ni dormi depuis plus de 24 heures. Je bois un verre d’eau plate.

On m’emmène au make-up. Il est 22h30. Soit l’heure où normalement je me démaquille. Une dame m’étale sur le visage la moitié de sa valise à maquillage. Je croise la Fouine et Bonjour tristesse. Le mec de Bonjour Tristesse a l’air hyper en forme (je soupçonne qu’il n’a pas d’enfant), super à l’aise. La maquilleuse l’adore. Elle glousse à tout ce qu’il dit. Ca m’agace.   

23h On m’emmène sur le plateau. Je suis derrière un pan du décor avec des techniciens. De Caunes fait son lancement. “Elle est belle, elle est brillante, elle est drôle” l’un des techniciens se retourne vers moi et me fait un clin d’oeil. Je suis un peu gênée quand même. Je souris avec modestie. “Je vous demande d’accueillir Alison Wheeler!”

Le mec prend un air désolé pendant qu’une meuf me dit “Titiou, c’est à toi dans cinq minutes”. Je suis très gênée. Je souris avec indifférence.

Ensuite, on m’installe sur le plateau dans un fauteuil face à Antoine de Caunes. Je découvre donc que l’interview se fait juste entre nous, sans autre invité. Mais en public. Qu’on est physiquement assez proches. Et qu’il n’y a pas de table. Je suis un peu déstabilisée. Mais ça va. Je m’assois. Il y a les projecteurs, mon maquillage de star de cinéma, des gens dans le public, Antoine de Caunes à 40 centimètres de moi et je me rappelle qu’une poignée d’heures avant, j’avais une main pleine de vomi, et l’autre de merde.

Mais bon, ça devrait bien se passer. Je suis là pour répondre à des questions sur les haters et les trolls. Ca va durer 10 minutes. A la télé, quand t’es dans les rails, tout se passe bien. Parfois, tu sors des rails et c’est pas cool. C’est le moment où tu commences une phrase et tu n’as aucune idée de comment la finir et tu enchaînes des mots les uns après les autres et ce que tu dis n’a plus de sens et c’est très désagréable et vertigineux. Là, je me dis “je reste bien dans les rails. Je fais des petites phrases parce que vu mon état, faut pas être trop ambitieuse en terme de langage.”

De Caunes me pose des questions, c’est rigolo. On rigole. Ca se passe vraiment bien. A un moment, il me demande “mais vous, Titiou, en tant que jeune femme séduisante, vous ne rencontrez pas des problèmes sur Internet ?”

Là, normalement, je dois enchainer pour parler du sexisme sur les réseaux sociaux. Mais, va savoir pourquoi, c’est pas du tout ça qui sort de ma bouche. Mais alors vraiment pas du tout. “Ah non mais moi, sur ma photo de profil, j’ai un bison mort sur la tête donc ça va, je me fais pas draguer ou harceler”.

Regard d’Antoine de Caunes. “Un bison mort ? C’est-à-dire ?”

Je ne sais pas comment lui expliquer. “Oui, enfin… bah vous regarderez sur Twitter hein”.

“Non mais un bison mort… On peut avoir la photo s’il vous plait ?” il demande ça en montrant l’écran géant à côté de nous. Et là, la régie affiche sur l’écran la photos de deux femmes à moitié nues allongées l’une sur l’autre.

“Ah non, c’est pas ça. J’ai pas des fesses mortes sur la tête”.

Evidemment, à partir de là, on a complètement déraillé. On ne savait même plus de quoi on parlait. J’ai lamentablement réussi à raccrocher les wagons pour arriver au sexisme sur Internet.  Bah avant c’était vachement le concours de bite. Non, pire que ça, les olympiades de la bite. Je ne sais pas pourquoi mais à mesure que je parlais, je me suis rendue compte que je n’arrêtais pas de dire “bite”. Bite bite bite bite. J’ai quand même fini sur “maintenant c’est plus les osselets de la bite”. Je n’avais absolument aucune idée de ce que ça voulait dire. De Caunes non plus vu qu’il m’a regardée bizarrement en précisant “j’essaie de visualiser”.

Finalement, à 1h du mat, je suis chez moi.

1h30 j’ai fini de me démaquiller.

1h45 je me couche. ENFIN.

2h je fais une insomnie.

partager ce post sur: facebook | twitter |

 

«                 »

 

38 commentaires pour “Ca s’appelle une « tranche de vie »”

  • Buffy ne protège pas de tout, hélas. ^_^

    le 8 décembre, 2015 à 11 h 50 min
     
  • Ok. Il faut que je le dise, tu es génialement tordue et hilarante. Vrai ! Je veux dire, entre « je parviens à ne pas me suicider » et les « osselets de la bite », j’ai failli m’étouffer de rire ! Je compatis tellement à ta fatigue nerveuse, mais tellement ! Merci de partager avec nous tes rêves érotiques, les histoires de vomis (tu es la deuxième personne que je rencontre/lis qui arrive à rendre ça marrant sur un large panel de mamans), et les instants de solitudes télévisuellement retransmis :)

    le 8 décembre, 2015 à 12 h 00 min
     
  • J’ai attendu jusqu’au bout le moment où tu te rends compte que tu ne t’es pas lavé les cheveux depuis le dégueuli tomate/poulet. C’était avant de Caunes, quand même????

    le 8 décembre, 2015 à 12 h 31 min
     
  • Je suis à peu près certain que tu es le seul être vivant sur terre qui possède cette capacité pour le moins originale : faire tomber fou-amoureux des gens grâce à l’explication de la recette des lardons sauce vomi.
    Je ne suis pas certain que ce super-pouvoir t’ouvre les portes des Avengers, mais en tout cas, nous, il nous permet de joyeusement nous dilater la râte…

    le 8 décembre, 2015 à 12 h 41 min
     
  • Magnifique. Tu as des enfants et tu as une vie professionnelle trépidante – tu es mon héroïne, justement à cause du vomi dans les pâtes et de l’épuisement généralisé que tu transcendes allègrement. Go Titiou!

    le 8 décembre, 2015 à 13 h 04 min
     
  • OK. Mais on veut le lien vers une vidéo de l’émission du coup. C’était crypté j’imagine?

    le 8 décembre, 2015 à 13 h 17 min
     
  • Ca sent vraiment le vécu ! Oui, Titiou, mettez nous le lien vers l’émission.

    le 8 décembre, 2015 à 13 h 53 min
     
  • J’ai rit !

    le 8 décembre, 2015 à 14 h 18 min
     
  • Mais… pourquoi n’as-tu pas un stock de BN de sûreté, à tremper dans du lait en cas d’urgence ? C’est un rempart contre l’hypoglycémie, et avec des enfants dans les parages tu as un alibi tout trouvé pour en acheter sans te cacher ! (pas comme quand je m’achète des Smacks, je songe d’ailleurs à adopter pour retrouver un peu de crédibilité à la supérette mais c’est une autre histoire)

    le 8 décembre, 2015 à 15 h 53 min
     
  • « C’est marrant, j’ai lu le prix et immédiatement mon anus s’est dilaté.  »
    Cette phrase m’a tué

    le 8 décembre, 2015 à 17 h 48 min
     
  • épique et magnifique avec de vrais morceaux d’humain dedans !
    merci Titiou

    le 8 décembre, 2015 à 19 h 07 min
     
  • Bon si ça va pas et que tu veux boire un verre avec moi, ce serait avec plaisir et compassion <3

    le 8 décembre, 2015 à 20 h 16 min
     
  • Hahahahahahahahahahahaha. De rire, de rire, moult et moult. S’il te plaîîît le lien vers l’émission !!! Putain les articles comme ça j’en lirais douze par jours, sisi.

    le 8 décembre, 2015 à 20 h 52 min
     
  • Désolé de rire de ta vie, mais j’ai bien ri et j’ai trouvé ma semaine moins pire! :)
    « Vers l’infini et au-delà de l’horreur » j’ai quand même compati, surtout pour les carbos!

    le 8 décembre, 2015 à 21 h 07 min
     
  • Disons que bon… y a beaucoup de référence à la télé comme d’un truc actuel dans cet article (et dans la dernière newsletter), au lieu d’une simple référence un peu mélancolique au temps de l’enfance.
    J’pense que le souci il est là.

    le 9 décembre, 2015 à 1 h 22 min
     
  • La même situation se reproduit. Je lis ton article sur mon ordinateur, dans ma tête, souvent avec un léger sourire aux lèvres. Ensuite, quand je l’ai trouvé particulièrement bien écrit, drôle, émouvant, je le lis à haute voix à mon compagnon. Et là, s’il est drôle, je n’arrive pas à finir les phrases sans éclater de rire (ou à avoir les larmes aux yeux s’il est plus émouvant que drôle, mais ça, c’était surtout le cas avec les tout derniers). Pour lui, ce n’est pas génial, mais moi, ça me fait énormément de bien. Je ne comprends pas exactement d’où vient cette différence entre un texte lu mentalement et un texte « incarné » de vive voix par un même lecteur, mais c’est avec tes textes que je l’ai découverte.

    le 9 décembre, 2015 à 1 h 46 min
     
  • Rhaaaa Putain, Merci!
    C’est vraiment salaud de ma part, mais qu’est ce que tu m’as fait rire! :’)
    Merci! Merci! Merci!

    Tu m’as tenu en haleine un moment, je pensais que tu avais fait un malaise pendant l’émission ou un truc du genre… Un mini flip en somme. Ravis que ce ne soit pas le cas.

    J’espère qu’on aura le lien de l’émission! :)

    Encore, merci! :)

    le 9 décembre, 2015 à 8 h 35 min
     
  • J’imagine que tu t’es lavé les mains avant de piocher ce lardon …

    le 9 décembre, 2015 à 17 h 16 min
     
  • J’ai failli m’étouffer de rire avec les deux mioches ensemble. Je me sens moins seule d’un coup !
    Sinon, pour le avant dans le ventre, perso, je leur dis qu’elles étaient pas nées sans rentrer dans les détails. Ca marche plutôt bien. Et si elles insistent, ben avant, elles étaient dans la petite graine, à attendre de pousser. Si ça peut t’inspirer.

    En tout cas un grand merci pour la rigolade. Ca fait beaucoup de bien !!

    le 10 décembre, 2015 à 22 h 22 min
     
  • pardon, j’ai rigolé. (au point que ma voisine de bureau [histoire dans l’histoire: insomnie, au boulot depuis 06.00 heures et ton blog me sert de « pause »] est sortie de son bureau pour voir si j’étais en train de rire ou de sanglotter.)
    assez égoistement, ce billet me rassure. on a tous des moments pourris, mais finalement, je pense que j’ai de la chance… l’épisode pasta-vomito, franchement, ça vaut le billet parlant du retour de la maternité et du foie de veau… bon courage (et selon la formule consacrée, merci pour ce moment…)

    le 15 décembre, 2015 à 11 h 37 min
     
  • J’ai vu l’émission hier, et je me suis dit : « ‘tain c’est Titiou, c’est marrant, elle est aussi canon que je l’imagine mais elle à l’air d’avoir passé une foutue journée de merde ».
    CQFD.

    Et comme là j’attends mon deuxième, vautrée devant la télé et les redifs de NY police judiciaire et Scrubs, un doute m’étreint : vais-je survivre à l’avalanche vomi-caca couplés de la double maternité ? Sérieusement en te lisant j’en doute fortement, mais TOO LATE ! Au mois ça m’a fait rire par avance… Donc merci.

    le 16 décembre, 2015 à 12 h 06 min
     
  • Titiou merci, tu es une Déesse et grâce à toi je n’oublierais plus jamais les moyens de contraceptions que le monde moderne a mis à ma disposition :-) (PS, là tout de suite maintenant je vais rechercher cette émission cultissime histoire de prolonger cet état de félicité qu’a provoqué la lecture initiale de ton post).

    le 17 décembre, 2015 à 3 h 12 min
     
  • Je n’aurai qu’un mot : nouilles chinoises. Se chauffe en 3 minutes, se jette sans regret et comme en plus c’est carré, s’entrepose bien entre les paquets de couches.

    le 21 décembre, 2015 à 17 h 31 min
     
  • Toujours un bonheur de te lire Titiou!!! As tu pensé a la ligature des trompes?

    le 25 décembre, 2015 à 12 h 54 min
     
  • Cet article m’a bien fait rire ! Perso j’imaginais pas ce que c’était d’avoir des enfants jusqu’à mon stage de 3e en maternelle. Je me suis retrouvée dans une situation pareille à ce que tu as dit avec Têtard et Curly :’). C’était dans la cour de récré, un petit marche, marche, vomit puis continue sa course. Tandis qu’un autre arrive, se demande ce que c’est et .. oh, tente de le goûter. Quelque chose me dit que c’était qu’un avant-goût (ahah) de la vie des parents, et pense m’arrêter là! Je vais me contenter de continuer à lire ton blog :).

    le 26 décembre, 2015 à 18 h 54 min
     
  • On joué à s’éclabousser dans la piscine…jolie phrase pour un rêve éro :)

    le 28 décembre, 2015 à 15 h 49 min
     
  • Ahah comme d’habitude j’adore te lire. Ce billet m’a bien faite sourire pour le réveil

    le 30 décembre, 2015 à 20 h 31 min
     
  • Je comprends mieux pourquoi tu avais l’air en vrac ;-)

    le 14 janvier, 2016 à 16 h 42 min
     
  • Je n’ai jamais autant ri de ma vie devant un article … j’en pleuuuure, ça m’a ruinée mon maquillage, et j’ai le nez qui coule… Mais quelle bonheuuuur ! Juste MERCI !! Mathilde

    le 20 janvier, 2016 à 15 h 16 min
     
  • Voilà ce qui s’appelle une sacré expérience !! Très détaillée tout ceci, une tranche de vie mais aussi une tranche de rire !

    le 25 janvier, 2016 à 18 h 25 min
     
  • Merci pour la rigolade
    Pour moi, ton texte est universel

    le 1 février, 2016 à 23 h 05 min
     
  • Franchement… Deux mois sans billet… [smiley qui tente bravement de smiler puis éclate en sanglots qui forment une flaque qui grossit, grossit jusqu’à ce qu’il s’y noie] ;)

    le 14 février, 2016 à 20 h 31 min
     
  • 25 février 2016, page toujours figée au 8 décembre.
    Je suis le chien abandonné sur l’aire d’autoroute.
    Ta lettre hebdo sur Slate ne comblera pas ton absence ici Titiou !
    Reviens !

    hope u’re fine

    le 25 février, 2016 à 16 h 09 min
     
  • Je viens de relire « Sans télé, on ressent davantage le froid », et je m’identifie beaucoup à la Titiou de 28 ans du début du bouquin. Sauf que j’ai cédé à la pression et que je suis devenue prof, j’ai donc toutes les 6 semaines ces 2 semaines de temps libre, temps que j’ai décidé de mettre au profit de la lecture intégrale de ton blog du début à la fin (ou de la fin au début, bref, chronologiquement). Et bien c’était chouette, en plus du fait que j’ai dit une vingtaine de fois « han tout comme moi ».
    Je reprends maintenant un rythme de lecture de toi plus raisonnable (= les newsletters Slate ), mais pour résumer : j’aime te lire.

    le 26 février, 2016 à 23 h 17 min
     
  •  » J’ai donc à ma gauche un bébé plein de gerbe, sous mon nez mes pitoyables pâtes au vomi, et devant moi, en frontal, un petit anus entouré de merde. »
    Des fois je me demande si la vasectomie n’a pas des avantages…
    J’aime bien les gosses des autres en fait. J’ai pas à m’occuper de leurs moments trash. :D

    le 26 février, 2016 à 23 h 31 min
     
  • Sans doute le G&T de trop, mais pourquoi plus de post ? Suite à des circonstances personnelles, j’ai relu la moitié du blog et mon addiction de khâgneuse réclame its fix. Si vous êtes morte, j’en suis, vraiment, désolée. CDT, DD.

    le 29 février, 2016 à 6 h 38 min
     
  • Titiou tu nous manques trop, revieeeeens!!!!

    le 7 mars, 2016 à 15 h 25 min
     
  • pas de nouvelles de titiou ?? à quand une suite

    le 9 mars, 2016 à 22 h 29 min
     

Poster un commentaire