Social

fil rss girls and geeks girls and geeks sur facebook girls and geeks sur facebook

Citations

Je crois que je suis à un tournant de ma vie.
-Moi, une fois par semaine
 

Cam

tartine

Les Archives

6 avril 2011

Comment j’ai essayé le sport, part 2

Donc, j’ai décidé de me REmettre au sport. (Je vous jure, on va finir par y arriver mes amis…)

On a tous un passif avec le sport. Le mien se résume par : j’aime pas ça. Pour une raison simple : je suis nulle en sport. Je tiens à être honnête, si j’avais été forte en gym, je n’aurais pas nourri la même détestation. Et tout ça, c’est la faute de l’Education Nationale. (Si un jour j’ai une maladie qui aurait pu être évitée avec une pratique régulière du sport, je compte bien intenter un procès à l’Etat.) (En ce moment, je regarde The Good Wife, et je me sens capable de plaider à peu près n’importe quelle cause. C’est bien comme série. C’est produit par Tony et Ridley Scott. C’est avec Julianna Margulies d’Urgences, et y’a un personnage, Kalinda, qui rappelle un peu Lisbeth Salander de Millenium.) (Oui, je sais, faut que j’arrête de vous noyer sous toutes ces références culturelles.)

Pour revenir au sport, j’ai en détestation absolue les sports collectifs. Parce qu’à l’école j’étais le boulet dont personne ne voulait dans l’équipe.

J’ai horreur de tous les sports avec ce qu’on nomme dans les fiches pédagogiques de l’Education nationale un « référent bondissant » – ce que la plèbe appelle vulgairement un ballon.

Et puis, il y a eu le drame de la gym, un drame dans lequel une certaine Claire de C. a joué un rôle primordial. Du CP à la 3ème, Claire de C. a été dans ma classe. Cette fille cumulait les raisons pour qu’on la déteste : elle était pétée de thune, pimbêche, jolie, populaire, pimbêche, très bonne élève, pimbêche, ses cahiers étaient toujours impeccables alors que les miens malgré tous mes efforts ressemblaient à l’expression artistique d’une enfant autiste. Bref, Claire de C. était une mini-pute que j’aurais voulu voir brûler en enfer pour lui voler sa vie.

Le jour du drame, nous sommes dans les années 80’, dans un gymnase qui pue, avec tapis de sol à mycoses et cheval d’arçon. On est tous sagement debout devant les tapis de sol. Jusque là, les cours de sport ne ressemblaient à rien sinon à un vaste foutoir dans lequel on s’ébrouait en toute innocence comme de jeunes daims. Mais à compter de ce jour, une chose horrible s’est produite : l’égalité a disparu. Ce jour-là, on a découvert qu’il existait un classement, une hiérarchie, voire carrément un fossé entre les forts et les gros nullards.

Ce jour-là, le prof nous a demandé de faire la roue.

On allait passer un par un, devant le reste de la classe. (Là, y’a clairement matière à gagner mon procès contre l’Education Nationale pour préjudice moral grave.) Il demande d’abord à Claire de C. de commencer parce que cette petite pute, non contente de nous écraser à tous les niveaux, était en prime championne de GRS. Pour vous, ça ne veut peut-être rien dire, mais pour les gamines qui comme moi avaient pour référence existentielle absolue ça :

autant dire que la GRS c’était la vie. Nous sommes aussi à une époque où M6 diffusait à peu près toutes les semaines un téléfilm retraçant la vie de Nadia Comaneci.

nadia-comaneci-time-cover

Claire s’est approchée du tapis de sol, droite comme un i, a posé ses mains par terre et s’est lancée avec grâce dans ce qu’il faut bien qualifier de plus belle roue jamais exécutée par un être humain. Y’a eu un moment de stupeur dans l’assemblée. Ensuite, le prof lui a demandé de la refaire mais au ralenti (pfff… trop facile quoi) pour que nous observions bien la perfection de ses mouvements. Elle a refait sa roue, absolument impeccable, les jambes tendues vers les astres, le buste droit, dans un alignement parfait de tout le corps. Cette roue-là, c’était presque la preuve de l’existence de dieu.

Moi, j’étais un petit oisillon maladroit et innocent. Je n’avais même pas encore découvert que j’avais un sérieux problème de coordination de mes mouvements. Et surtout, je pensais naïvement que si un prof me demandait de faire quelque chose, le prof étant un adulte qui avait toute la sagesse du monde, c’est qu’il savait que j’y arriverais. Parce que soyons clairs : quel intérêt de demander à un gosse de faire un truc qu’il ne sait pas faire ? A part si on veut l’humilier profond.

Donc quand ça a été mon tour, j’étais plutôt confiante.

Sauf que déjà, je partais avec un handicap, à savoir que je portais un jogging rouge de la coupe dite « on sait pas si j’ai fait caca dedans ou si je porte encore des couches ». (Claire, elle, portait d’élégants caleçons moulants. Dans les années 80’, le caleçon était considéré comme un objet élégant, oui, surtout s’il était avec des motifs bariolés.) Je préfère passer pudiquement sur cette scène où mes bras se sont révélés incapables de se tendre, où mes jambes sont restées repliées et où, à un quart de roue, elles sont retombées comme deux enclumes sur le tapis de sol – de toute façon j’avais pas réussi à les lever au-delà de 60 centimètres, donc autant dire que les faire passer au-dessus de ma tête c’était pas envisageable. Tout cela pour exécuter ce qu’il faut bien qualifier de plus réussie imitation de crapaud constipé. Cette roue-là, c’était la preuve de l’existence du dieu du caca (poo’s god) et petite chanceuse que j’étais, il m’avait choisie pour être sa représentante sur terre.

22728_540

La classe a éclaté de rire et je suis restée stupéfaite.

Pourquoi j’y arrivais pas alors que ça avait l’air tellement facile pour les autres ?

Ayant une force de caractère proche de zéro, j’en ai conclu une chose : j’étais nulle en sport. C’était inné. Il ne servait à rien de lutter.

Comme j’avais vraiment pas le cul bordé de nouilles, du CP à la 3ème, je me suis tapée tous les cours de gym avec Claire de C. Et je suis devenue le cauchemar des profs de sport.

Le reste de ma scolarité, quand je pensais à la vie des adultes, je me disais systématiquement que c’était une vie sans cours de sport. Donc une belle vie.

Partant de là, c’était pas gagné pour que je refoute spontanément les pieds dans un endroit dédié à la pratique d’un sport.

partager ce post sur: facebook | twitter |

 

 

76 commentaires pour “Comment j’ai essayé le sport, part 2”

  • Tout ça ne peux que me rappeler la triste époque ou les peties filles adulaient les gymnastes, étaient coiffées avec des franges étranges remontées avec de la laque, et ces fameux collants camel toe fluos. Sur ce coup, c’était vraiment pas mieux avant.

    le 6 avril, 2011 à 14 h 14 min
     
  • La vache, je me sens un peu moins seule quand je lis ça. J’ai vécu exactement la même chose dans les années 80. Tout pareil. La connasse qui fait la roue parfaitement bien, le jogging infâme, le crapaud…

    Faire du sport c’est relou. Sauf si t’es une grosse bête effectivement. Peut être que tu peux essayer le yoga, c’est pas trop violent (sorti des clichés du sport pratiqué par les pépettes parisiennes, c’est plutôt cool. En fait c’est le seul sport où je suis pas trop nulle, jeparledemaviecestpasintéressantdésolée).

    En tout cas bravo bravo bravo pour tes deux derniers posts. Ils font partis de mes préférés. Voilà.

    le 6 avril, 2011 à 14 h 14 min
     
  • Mon dieu je suis pliée de rire tu es hilarante ! :D
    Ça me rappelle tellement de souvenir (enfin ayant quitter le lycée il y a un an ce n’est pas si loin)…
    Pareil ayant été le souffre douleur des profs d’eps pendant 4 ans (collège ) je compatis solennellement. Par exemple, mes traumatismes :
    – les cours de gym où le prof m’a demandé de faire la démonstration de TOUT les agrès sachant Que je n’arrivais pas à MONTER sur la poutre, mes bras étaient en mousse (la roue impossible) et que j’ai eu 0/4 à la roulade avant! Et bien inlassablement j’ai du tester pendant 1h tous les exos et étant incapable de les faire le prof me forçait quand Meme (personne sans âme probablement…)
    En fait y’a tellement d’exemples que je vais juste refouler tout ça dans mes pieds et y penser le moins possible ! Par contre c’est vrai que le sport en dehors c’est bien finalement . ;)
    Conclusion : prof de eps je vous haimes…

    le 6 avril, 2011 à 14 h 22 min
     
  • LOL trop drole

    Moi, j’aime pas le sport, un peu pour les mêmes raisons : L’Éducation Nationale : L’Athlétisme notamment, je me souviens du prof de sport bedonnant au centre de la piste qui nous faisaient courir comme des dératés sur la piste de 400 mètres à grand coups de sifflets rageurs.
    Je voyais pas l’intérêt de courir après son ombre; comme courir derrière un ballon de cuir.

    Le sport est une maladie, la preuve y a des médecins du sport !!

    vivement la partie 3

    le 6 avril, 2011 à 14 h 22 min
     
  • ah ben pas mieux. Peut-être même pire, vu que j’ai réussi le tour de force de me péter le bras en tentant de terminer un soleil aux barres asymétriques. Asymétriques, franchement. J’ai pas fait le soleil, j’ai bien vu les étoiles par contre, quand je me suis ramassée sur le béton.
    Après, les agrès sont devenus synonymes d’agression. Et tout comme Titiou, j’ai rêvé d’une vie sans cours de sport.
    Pareil qu’Elo, je recommande le yoga. Si on fait abstraction du vocabulaire un peu chelou, des chakras et des nidra, c’est top.

    le 6 avril, 2011 à 14 h 28 min
     
  • Olalala le souvenir de mon jogging Fila option j’ai fait caca dedans, dans lequel je trouvais que j’avais trop la classe. J’ose même plus le mettre en pyjama pour dormir tellement il n’a jamais eu de forme ce truc.
    Et demander aux mecs de faire des roues pendant la gym, c’est même plus une humiliation, c’est le renoncement à toute espoir de clémence sur la planète.

    le 6 avril, 2011 à 14 h 29 min
     
  • Vu sa souplesse j’aurais bien aimé assister à une partie fine de Claire ! :D

    (Je ne te reparle pas de Churchill, si ?)

    le 6 avril, 2011 à 14 h 29 min
     
  • Mon dieu mais j’ai vécu exactement la même chose quand j’étais gamine/ado. Je n’aimais pas le sport car le sport ne m’aimait pas, en sport co j’étais toujours dans les dernières choisies, je pensais mourir en cours d’endurance (jusqu’à ce qu’à 13 ans je devienne la rebelle du cours d’EPS en dédidant de marcher plutôt que de trottiner en agonisant autour d’un lac – en plus j’allais plus vite comme ça), et enfin, le cours de gym, l’horreur absolue.

    Ces gens qui font des roues et des saltos parfaits, qui virevoltent sur les barres parallèles ou se déplacent avec grâce sur une poutre, alors que toi t’arrives pas à décoller ton cul et déplier tes jambes pour une roue (je la fais pareil que toi), tu arrives à peine à te gainer (= être en appui sur les bras) sur une barre, et que tu n’oses pas te lever sur la poutre tellement t’as le vertige.

    Forcément, dès que le système éducatif m’a foutu la paix avec le sport, je n’en ai plus refait, et manque donc de mourir d’asphyxie dès qu’il faut grimper un escalier ou monter une pente raide. Merci l’école.

    le 6 avril, 2011 à 14 h 30 min
     
  • Ben en fait moi aussi j’aurais cru que je ne ferais jamais de sport, en bonne traumatisee des sports d’equipe et de l’athletisme.

    Mais en fait, j’ai decouvert plus tard (bon, a 25 ans) qu’il y avait plein de sports bien qu’on ne faisait jamais a l’ecole. Du coup, la, je fais de l’escalade, de la muscu, je jongle et je fais de la rando. Pas d’equipe a la con ni de notes ou d’objectifs debiles fixes auparavant, c’est le pied ;)

    le 6 avril, 2011 à 14 h 40 min
     
  • En sport, de la 6e à la 3e, j’avais un ancien légionnaire en prof de sport… Pendant que toutes les autres classes faisaient hand, foot, basket, badminton… Nous le prof nous disait :
    « 1er trimestre, endurance, au 2e trimestre, en fonction du niveau, on fera endurance (ou rien…) et au 3e trimestre, selon la disponibilité de la salle et du temps, on fera endurance (ou rien… again) et comme j’ai pas réservé la salle…

    Voilà pourquoi je déteste l’endurance

    le 6 avril, 2011 à 14 h 41 min
     
  • Que de rires à la lecture de cet article. Mais également de larmes, en souvenirs douloureux des cours de sport.
    Finalement, devant la difficulté de la chose, je n’étais pas mécontent de mon 5/20 en sport au bac.

    ps : je crois que prof d’EPS est une bonne planque, je ne me rappelle pas un avoir vu un(e) pratiquer une activité physique…

    le 6 avril, 2011 à 14 h 56 min
     
  • Je suis juste plié de rire :D
    Note pour plus tard : ne jamais lire gilsangeeks au boulot, je passe pour un malade mental maintenant.

    La photo du chat a fini de m’achever

    le 6 avril, 2011 à 14 h 56 min
     
  • Qui n’a pas été traumatisé par les cours de gym? Encore plus quand on est un garçon, et souple comme une barre asymétrique… Halala les cours de gym… le prof qui se bat avec une collégienne dans les vestiaires, des chorégraphies en chanson pour énerver le prof, tout ça pour essayer de rester cacher derrière et faire le mort en espérant ne pas être désigné!
    Faut juste se dire que Claire a maintenant un boulot pourri, a grossi après avoir eu ses 5 gosses et que sa vie est merdique! Oui on se venge comme on peut!

    le 6 avril, 2011 à 14 h 59 min
     
  • « qu’il savait que j’y arriverais ». RAI.
    Bon et sinon, ça c’était y’a une quinzaine d’années (hihi), mais on sait ce qu’elle est devenue Claire de C. ? Elle a sombré dans la drogue et le pr0n ? Elle est banquière et a une vie de merde? C’est ta meilleure amie ?

    le 6 avril, 2011 à 15 h 05 min
     
  • Non mais je pense que le problème c’est surtout la gym, parce que je détestais pas complètement le sport mais la seule fois ou ils ont tenté de me faire faire de la gym, bah ça a pas loupé je suis parti avec ma poche de glace au bout de 5min.
    Après comme dit lola76, le sport ça peut devenir très fun genre rando (à pied ou à vélo) avec des potes et le pire c’est qu’on risque même d’y prendre goût et d’en redemander.

    (Après l’environnement dans lequel on vit à peut être son rôle… ca doit être plus dur d’organiser une rando ou une sortie kayak quand on est Paris que quand on est à 500 mètres de la lisière de la forêt)

    le 6 avril, 2011 à 15 h 35 min
     
  • Je suis dans le même cas haha (sauf que nous, c’était les mecs qui y arrivaient mieux, encore plus tragique XD) « Souple comme une planche de bois » disaient mes profs de sport ! Le seul truc dans lequel j’arrivais à faire quelque chose, c’était le basket (1m78 depuis la 4ème, ça aide ;) ) Même la pirouette, ça me fichait la trouille … Je parle même pas de la perche (ou ATR dans les cours de sport haha), le poirier, bref, une loque humaine en matière de sport XD AL poutre, moi qui est grande, c’était de la torture, moi qui aie le vertige debout sur une chaise XD le saut de cheval, jamais réussi à sauter … (j’arrivais à me rattraper sur les autres matières à l’époque … pour le bac, ça a été plus compliqué XD)
    Quant aux fringues, la mode était aux joggings, et moi j’avais mes éternels caleçons que ma maman m’achetait (en sport comme en dehors du sport, j’adorais ça T_T). Et sinon, maintenant, mon sport, c’est le tir à l’arc : moins dangereux (à condition de respecter les règles de sécurité, car les flèches partent quand même à plus de 150km/h) mais moins fatiguant (quoique, mes épaules diront le contraire) Bref, j’ai jamais su faire la roue ou la perche, mais je ne m’en sors pas trop mal maintenant ^^

    le 6 avril, 2011 à 16 h 17 min
     
  • ouais ben pariel pour moi. La roue s’est toujours inevitablement fini en truc minable. plof.
    Jamais compris pourquoi on faisait faire de la gym…

    le 6 avril, 2011 à 16 h 18 min
     
  • Eh bien, il semble qu’on soit un paquet de traumatisés du sport dispensé par l’Education Nationale… Ca me rassure, je me sens moins seul. Je n’ai découvert que bien plus tard (pareil que lola76, vers 25 ans) qu’on pouvait S’AMUSER et PRENDRE DU PLAISIR en faisant du sport, sans avoir un bourricot sur le dos qui te met la pression avec ses notes, ni le regard des autres qui pèse sur toi. Du coup, maintenant je fais plein de sports (danse, escrime, muscu…), j’aime ça et j’assume. Je suis même pas mauvais dans certains :P

    Pour en revenir à l’article, j’ai été mort de rire du début à la fin… Mention spéciale au chat qui prépare sa roue les yeux fermés XD

    Vivement la partie 3 :)

    le 6 avril, 2011 à 16 h 27 min
     
  • Ha ha ha, énorme ce post !

    Je rejoins Makash, demander de faire de la gym au mecs, généralement en pleine période de trouble vocaux compulsif ( la mue très classe qui te fait passer du baryton au castra sans prévenir ) c est pas super super question estime de soi !

    Pour les sports co, impossible de jouer sa vie pour courir derrière une baballe ! La parade : marquer 2 buts contre son camp et magie on est dispense de match !

    Enfin tu n a pas parlé de la fusion gym et sport co : la magnifique acro-gym ! Pas mal d’ instant inoubliables après formation d’ une équipe de branlos et d’ une création de chorégraphie type les gymnastes d’ Élie sémoun.

    En attendant impatiemment le prochain post, bravo !

    Ps : le dieu du caca, j adore !!

    le 6 avril, 2011 à 16 h 33 min
     
  • Question: pourquoi?

    le 6 avril, 2011 à 16 h 48 min
     
  • @ tout le monde : désolée, j’ai pas pu répondre aux commentaires au fur et à mesure parce que cet aprèm, j’étais en reportage. SUR LE TERRAIN. Truc de ouf. Même que j’avais une fausse identité. Mais je ne peux pas vous en dire plus pour le moment. Secret professionnel oblige.

    Sinon, vu le nombre de traumatisés des cours d’EPS, il est clair que la France est confrontée à un vrai problème de société. Je propose d’organiser un grenelle de l’EPS.

    Pour ce qui est de Claire de C., comme nombre de petites championnes de gym, elle a eu des problèmes de santé au lycée. (Genre graves.) Mais maintenant, d’après ce que me dit Google, elle va bien.

    le 6 avril, 2011 à 16 h 56 min
     
  • « Pour revenir au sport, j’ai en détestation absolue les sports collectifs. Parce qu’à l’école j’étais le boulet dont personne ne voulait dans l’équipe. »

    Been there…

    le 6 avril, 2011 à 17 h 12 min
     
  • J’étais exactement comme toi, et un jour, à 22 ans j’ai découvert la course à pied. Je n’ai jamais arrêté.

    le 6 avril, 2011 à 17 h 56 min
     
  • Cynthia ! Nadia ! Mais avec ma voisine on rejouait les scènes en même temps qu’à la télé (je l’avais enregistré) (genre sur une cassette video).

    Vu les commentaires, je me demande s’il faut chercher un parallèle traumatisés de l’EPS / lecteurs de Girls&Geeks. Et les Claire de C. ? Elles lisent quoi comme blog maintenant ?

    le 6 avril, 2011 à 18 h 21 min
     
  • Churchillien.

    le 6 avril, 2011 à 18 h 29 min
     
  • Sur le terrain?? et tu rentres a 17h?? Ce sera surement pas aussi interessant qu’Enquete Exclusive: « Mafia, combines et corruption [et accessoirement prostitution ndlr]: les demons de Naples »
    Crois moi, Bernard, lui, il rentre pas a 17h quand il part en reportage…

    le 6 avril, 2011 à 19 h 27 min
     
  • Me suis bien marrée à la lecture de ce post. Sauf que moi m’suis reconnue dans le rôle de la pute que tout le monde déteste car elle sait faire la roue et qu’elle se la pète grave (j’bouffais aussi 20h de gym par semaine fut un temps, fallait bien rentabiliser)… Toujours est-il qu’à ce moment là, j’aurais payé cher pour prendre la place des crapauds !

    le 6 avril, 2011 à 20 h 03 min
     
  • Tout pareil ici. Traumatisé du CP à la 3eme. Natation, gym, athlé, le dernier à être choisi en sport co, tout y est passé, année après année. Dire que je hais les profs d’EPS ne serait pas absolument exact. C’est toute l’humanité que les cours d’EPS m’ont appris à détester. Car j’ai toujours pensé que les autres élèves, ceux qui y arrivaient, faisaient parti de la conspiration mondiale qui voulait ma mort. Ils ont failli y parvenir d’ailleurs, à l’athlé je tombais dans les pommes très régulièrement.
    Mais pour moi (comme pour toi visiblement) l’heure de la vengeance a sonné. A 33 j’ai commencé la muscu et la course à pied. Aujourd’hui 3 ans après, je cours le semi marathon en 2h et ce n’est qu’un début car finalement j’y prends du plaisir. Oui du plaisir. Ce truc dont l’école n’a pas idée de l’existence. Ce truc que les profs d’EPS décérébrés ne pourront jamais offrir aux élèves tant ils sont noyés dans la propre satisfaction de leur sadisme fascisant (gloire au plus fort!) qui a motivé toute leur misérable vie.
    Va pour un grenelle de l’EPS, j’ai des trucs à proposer…

    Et sinon, Merci à toi, toujours aussi géniale.

    le 6 avril, 2011 à 21 h 25 min
     
  • moi, j’étais bon en sport et j’aimais bien ça et ils ont réussi à me foutre en classe avec les sports études, donc des internationaux juniors ou cadet je sais pas quel est le terme en foot, volley, basket, patinage artistique et hockey et, du coup, j’ai pu goûter à l’humiliation du cours d’EPS, comme tout le monde.

    le 6 avril, 2011 à 23 h 02 min
     
  • même vécu. j’en étais arrivée au stade où j’inventais des excuses bidon pour ne pas pratiquer certains sports (là dessus, ma mère a fait preuve d’une grande imagination également, thanks mom)

    le 7 avril, 2011 à 0 h 48 min
     
  • Pour ton procès contre l’Education Nationale, je crois qu’on est un paquet à vouloir/pouvoir témoigner et faire jurisprudence.

    Mais il me reste une question, sans réponse, et qui est pourtant à la base de cet article: pourquoi, diable, les profs d’EPS nous forçaient à faire la roue? Je veux dire, c’est quoi le but? Tu le mentionnes sur ton CV peut-être? Ca aide en cas d’invasion de zombies? Ca permet de mieux pécho en vue de se reproduire?

    Pour le journalisme de terrain, c’est un grand pas Titiou, après ta couverture du Congrès du FN. Bientôt tu pourras dire que tu es reporter de guerre. May the force be with you #musiqueconnue

    le 7 avril, 2011 à 0 h 59 min
     
  • Salut Titiou !

    Je faisais une recherche sur la visibilité de mon nom sur Internet et je suis tombé sur ton article. Je suis navré de l’effet que je faisais ce n’était pas mon intention ! Je suis maintenant docteur en physique nucléaire et je participe au prochain voyage dans la station ISS. Je suis marié avec un ambassadeur ce qui nous a permis de voyager autour du monde et de rencontrer des gens fantastiques ! Mes deux enfants sont adorables et déjà trilingue tu imagines ?

    et toi que deviens-tu ? faudrait qu’on aille se boire un verre un de ces quatre :-)

    le 7 avril, 2011 à 1 h 48 min
     
  • Nous sommes de la matière première qui doit rester de bonne qualité le plus longtemps possible afin d’être mieux exploitée.

    le 7 avril, 2011 à 2 h 08 min
     
  • Le crapaud constipé mais OUIIIIIIIIIIIII !!! xD
    Pile poil ma personne en interprétation d’ATR (appui tendu renversé, NON pas poirier espèces d’ignares de gueux).

    Un point LOL pour la Claire de C au dessus ^^

    le 7 avril, 2011 à 8 h 24 min
     
  • @ Bitox : c’est bien « que j’y arriveRAIS ».

    le 7 avril, 2011 à 9 h 35 min
     
  • Salut,

    J’ai vécu le meme problème étant ado. Comment peut-on demander à un garçon de faire ce genre de C…rie !

    Heuresement, après j’ai grandi (presque 2m) et on a commencé à faire du basket et du hand … Et la je me suis vengé !!!

    le 7 avril, 2011 à 9 h 37 min
     
  • La vie est une salope à franges.

    PS: t’es une fausse modeste. Vu ton blog, du mal à croire que tu t’y connais pas en galipettes.

    le 7 avril, 2011 à 10 h 04 min
     
  • Tu m’aurais détestée au Lycée ; Je suis la pute à frange qui a eu 22/20 en sport toute sa scolarité, qui humiliait la plupart des garçons, celle qu’on voulait dans son équipe…Et aujourd’hui dans la même spirale infernale des free-lance que toi…Tous les chemins mènent à Rome

    le 7 avril, 2011 à 12 h 45 min
     
  • surtout : ne pas se forcer
    Toi qui n’aime pas le sport je te conseille du « faux-sport » qui permet juste de maintenir en forme : le vélo. c’est une dose quotidienne, ça passe tout seul, et en plus ça a un but pratique. c’est un bon début, après si tu te sens l’âme d’une sportive tu passeras peut-être un jour à une vraie discipline ?
    moi j’aime le sport mais je suis une grosse feignasse (je suis malgré tout obligée de me taper 6 étages sans ascenseur pour rentrer chez moi), et le sport à paris c’est pas mon truc, les clubs, les gens… surtout les gens
    Autrement un osthéo m’a conseillé un jour de marcher vite une demi-heure, deux fois par semaine. c’était il y a quatre ans et je l’ai jamais fait (trop d’effort rien que de songer à marcher juste pour marcher)
    en gros : il faut que tu trouves un truc régulier (sinon ça sert à rien), pas crevant, où t’as pas l’impression de te forcer, ou tu vas vite retomber en mode eps-collège !
    sinon le sport en chambre pour la souplesse c’est pas mal aussi ;)
    (ah et j’avais jamais pensé à Lisbeth rapport à Kalinda, c’est pas faux. My favorite c’est Eli, mais en vrai je les aime tous. J’ai regardé un épisode cette nuit, je pensais vraiment être la seule à suivre cette série en France, personne en parle jamais)

    le 7 avril, 2011 à 16 h 27 min
     
  • Nan mais c’est quoi c’t’embrouille à 2 balles (devrais je dire à 2 référents bondissants) ? Tu nous as noyé sous l’évocation de détails d’une scolarité de toute évidence traumatisante en ce qui te concerne, tout cela pour ÉLUDER (je pèse mes mots) le fait que tu n’as PAS essayé le sport.

    Nan mais ho.

    On me la fait pas à moi.

    le 7 avril, 2011 à 16 h 37 min
     
  • Bon enfin moi je lis tous ces commentaires, et le vrai truc important c’est quand même que personne n’avoue avoir adoré ce téléfilm sur Nadia Comaneci ni même balancé un lien, alors que c’est tout de même la vie.

    le 7 avril, 2011 à 20 h 31 min
     
  • Merci Titiou de me faire autant rire!
    Si il y’a bien un truc que j’adore dans ton blog, c’est bien tes expressions.
    Merci.
    Vraiment.
    J’insiste.

    le 7 avril, 2011 à 21 h 56 min
     
  • Si Bruce Wayne avait la même logique que toi il n’aurait jamais eu d’enfants et aurait dévoué sa vie à combattre le crime à la suite de la mort de ses parents. Il aurait sûrement été un playboy notoire incapable de bien gérer son argent. Au lieu de cela, il a contourné le problème et a adopté non pas un mais trois petits garçons sans l’aide d’une femme. Soit, l’un d’entre eux est mort, mais tout de même.

    Je pense que tu devrais contourner le problème. Cela dit, la vrai question est: pourquoi te sens-tu coupable de ne pas faire de sport ? Dans la merveilleuse chronique sur les toilettes, je vois souvent ta photo et tu n’as absolument pas besoin d’en faire sur le plan morphologique. Donc, pourquoi décelè-je une culpabilité latente ?

    le 7 avril, 2011 à 22 h 59 min
     
  • J’ai eu moi aussi une Claire de C dans ma classe sauf qu’elles étaient plusieurs et qu’elles étaient une bande ! Je les vois sauter sur le trampoline, poser les mains sur le cheval d’arçon, passer au-dessus et atterrir l’air de rien, j’te fais ça sans souci, sur le tapis en mousse les pieds bien droits et les bras en l’air et, je le précise, sans AUCUNE goutte de sueur !

    Tiens, je crois que je les hais toujours !

    PS : j’avais oublié ce dessin animé ! :-))

    le 8 avril, 2011 à 0 h 18 min
     
  • Merci beaucoup pour ce post très freudien .
    Il est un témoignage de confiance à l’égard de vos lecteurs.
    Vous savez, de nos jours, il n’y a plus que le paon qui fait la roue, et encore c’est pour séduire.
    Bien qu’avancé en âge, je me souviens très bien de mon adolescence, et surtout de la sensibilité des sentiments que j’éprouvais alors…
    Mais surtout, l’importance du regard des autres , la crainte de donner une mauvaise image de soi ( même pour les garçons, çà existe), la confrontation brutale d’une personnalité qui se forme avec une collectivité qui ne fait aucun cadeau ….
    Aujourd’hui , j’ai le temps de me souvenir de tout çà ….
    Alors, pour le sport, j’ai résolu le problème.
    J’ai acheté un stimulateur :
    http://www.google.fr/#q=compex&hl=fr&prmd=ivns&source=univ&tbm=shop&tbo=u&sa=X&ei=k0WeTZrKNcTX4waO4tSGAw&ved=0CF8QrQQ&biw=1120&bih=547&fp=83dd04076f16bf2a
    Pardon pour la longueur du lien, mais j’ai la flemme de mettre les crochets, toussa ….. Donc , je fais des copier-coller.
    Depuis, je ne vais plus chez le kiné, et donc je me porte mieux.
    Quand la lombo-sciatique démarre, une scéance, et je n’ai plus mal.
    Mais cet appareil possède d’autres qualités : il permet d’éviter de faire du sport.
    J’ai arrêté le sport à l’âge de 45 ans, et depuis, je me porte mieux.
    En effet, pourquoi se bouger alors que l’on peut se faire bouger.
    Ce petit appareil est très puissant et il entretient très bien la masse musculaire du corps.
    De plus, il possède plusieurs fonctions consacrées à l’esthétique ( massages, amaigrissement etc etc etc).
    Le sport date d’une époque où le masochisme était à l’honneur , car, lié à la douleur, il rendait fier celui qui le pratiquait.
    De nos jours, bon, il y a aussi des sportives, mais aussi mille façons d’échapper aux affres du sport.
    Une femme de ménage fait-elle du sport ?
    Et non !!!! Elle a trouvé un moyen intellingent d’entretenir son corps tout en gagnant sa vie.
    Donc laissons le sport aux professionnels qui en ont fait leur gagne-pain et profitons des bonheurs de la technologie.
    L’avenir appartient aux fainéants.
    le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt et qui se couchent tard. Cà, c’est une connerie de plus pour faire bosser les gens davantage ( du genre  » travailler plus pour gagner plus).
    J’ai renoncé au monde, donc, je reste au lit le matin.
    De toutes façons, le matin , il n’y a rien à voir, tout le monde est pressé, je ne supporte plus.

    Vous pouvez très bien rester en forme tout en étant sur votre lit, en regardant la télé, par exemple.
    Ne me dites pas que vous essayez de faire la roue en cachette depuis quinze ans…………
    Allez, prenez bien soin de vous et à bientôt de vous lire ….

    le 8 avril, 2011 à 0 h 36 min
     
  • Hahaha merci pour ce post ! C’est fou, j’ai l’impression de lire mon journal intime (ouais j’ai un journal intime et alors ?) (même qu’il a une licorne rose dessus et un cadenas doré) Donc voilà, j’ai vécu à peu près la même chose. J’ai toujours été une « littéraire » et même si l’un n’exclue pas l’autre, le sport et moi ça a toujours fait deux.

    Mais je crois que j’ai vécu pire que toi, je m’explique : au collège, pendant DEUX ANS, en 6e et en 5e, on m’a collée dans une « classe sport-étude » parce que les élèves n’étaient pas assez nombreux. Donc horaires aménagés pour qu’ils aillent tous jouer au basket, au foot et tout ça les après-midis. Mais aussi en ce qui me concerne, cours de sport avec eux en tronc commun. Tous des bêtes de sport, qui me fuyaient comme la peste quand il fallait faire les équipes.

    Bon, ensuite au lycée, AU LYCÉE PUTAIN, on m’a obligée à faire de la BOXE et de la LUTTE, non je ne plaisante pas. Tu te vois mettre un pain volontairement dans la gueule de ta camarade ? Moi non plus. Ça a été plusieurs mois d’efforts surhumains pour supporter ce cours, j’ai même failli aller protester auprès du CPE en invoquant Ghandi, la non-violence et compagnie. Pour finir, en terminale, comme les profs de sport sont tous des connards qui jugent les résultats et pas les efforts, j’ai eu 10 au bac. 10. Alors que franchement, je m’étais défoncée. J’étais le sentiment de révolte impuissante de Jack. Et aussi, la honte quoi.

    Bon désolée tu m’as rappelé des souvenirs. Mon commentaire, c’est un peu 36 15 ta vie rubrique on s’en fout, comme on disait quand j’avais dix ans, dans les années 80.

    le 8 avril, 2011 à 0 h 47 min
     
  • rien à voir, mais dan le genre sportif à regarder, il y a le tumblr celine dion:
    http://ridiculouspicturesofcelinedion.tumblr.com/page/4

    bonne continuation, c’est jouissif de te lire là et sur slate.

    le 8 avril, 2011 à 1 h 24 min
     
  • Merci Titiou pour ce post !
    Moi aussi, je suis une traumatisée des cours de sport, et particulièrement ceux de gym. Je me souviens d’un prof de sport particulièrement pervers qui demandait de faire la roue, mais en plus avait des méthodes assez particulières… un jour, il nous a demandé de faire je sais plus trop quel mouvement allongés sur le sol et de serrer les fesses très fermement. Il faisait alors ce qu’il appelait le « test clé »: il passait avec une clé à la main qu’il enfonçait dans les fesses de chacun (ou plutôt de chacune, en L il n’y avait pas beaucoup de garçons) pour vérifier que le mouvement était le bon …
    Bref, je me joins au Grenelle de l’EPS pour revoir les méthodes pédagogiques de certains enseignants…

    le 8 avril, 2011 à 5 h 03 min
     
  • aaaaaaah tu regarde « the good wife » it’s a very good série ça!!!! la deuxième saison est terrible!!!!
    chui ben contente, ça c’est du sport!

    le 8 avril, 2011 à 8 h 26 min
     
  • Pareil. J’étais nulle en sport sauf en grimper à la corde, je ne sais pas pourquoi ! Et c’est même pas une discipline olympique !
    J’aime aussi beaucoup « The good wife ».

    le 8 avril, 2011 à 9 h 37 min
     
  • J’ai fait pleurer les filles qui sont passées avec moi lors de l’épreuve de sport du bac. T’as de la concurrence.

    Autre sujet : pourquoi ton fluw RSS est tout cassé ?

    le 8 avril, 2011 à 9 h 50 min
     
  • Et encore, tu n’es pas un garçon ! Parce que pour nous, les hommes, le collège était un lieu un peu malsain où en cours d’EPS on se rendait bien compte que certains avaient déjà des poils et des muscles et parlaient tout le temps de « spermer » alors que moi en 6ème j’avais 10 ans (j’étais un peu autiste ou bien normal peut-être) et je jouais à chat et à la game boy. Et je te raconte pas l’apologie de la force brutale faite par les gros crétins en avance sur la puberté (mais surtout en retard sur le plan du cursus éducation nationale, vive le triplement).

    Maintenant je me rends compte que tous ceux qui à 13 ans avaient des poils et des muscles, étaient en 6ème et mesuraient 1m74 avaient terminé leur croissance et commencé leur vie d’homme moyen en se vengeant de leur déchéance sociale future en tapant sur les pauvres impubères qui lisaient du Mark Twain en rêvant.

    A 31 ans je mesure désormais 1m91 avec un torse viril comme il faut et ça me fait marrer de penser à tout ça. Et je joue toujours aux jeux vidéos, bisous.

    le 8 avril, 2011 à 11 h 28 min
     
  • dans une démonstration similaire, ma classe n’a pas ri, au contraire, elle a réclamé au prof que j’ai une meilleure note « parce qu’elle a tellement pas peur du ridicule que ça mérite du respect » hihihi…

    le 8 avril, 2011 à 13 h 36 min
     
  • Je vais pleurer, ton article fait remonter trop de souvenirs douloureux ! Ce putain de traumatisme de la roue. Le pire c’est que j’étais de bonne volonté, combien de fois j’ai essayé de m’entraîner dans mon jardin pour y arriver… Jamais réussi à faire une roue correcte. C’est pour ça aussi que je n’ai fait qu’un an de capoeira de 18 à 19 ans (oui, paradoxalement, c’est encore plus honteux de ne pas savoir faire la roue quand tu es adulte).
    J’ai eu aussi pendant 4 ans de suite (oui, oui !)une prof d’EPS horrible qui me regardait d’un air méprisant et m’a dit une fois de sa petite voix flûtée « mais tu sais pas sauter, tu sais pas courir, qu’est-ce tu sais faire ? ». Connasse !

    le 8 avril, 2011 à 15 h 34 min
     
  • J’étais toujours bonne en sport, donc j’ ai du mal a ressentir la même chose que vous. Quand j’ ai réussi a refaire la roue a 34 ans(il y a trois mois de ça )’ j’ en étais très fière . Finalement , le sport est une histoire de confiance pour moi. Je maintiens ma forme par le jogging ,2 ou3 fois par semaine, c’est très agréable de sentir les muscles qui gonflent sous la peau, l’ air plein les poumons, la sueur qui coule sur les joues..sentir pleinement la vie en nous…

    le 8 avril, 2011 à 17 h 52 min
     
  • Le moins que l’on puisse dire, c’est que tu sais parler aux traumatisés des cours d’EPS! Bravo pour ce post! j’en pleure de rire! (… et je ris jaune en repensant à ces moments là; et à ma Claire C.)

    le 9 avril, 2011 à 11 h 22 min
     
  • Ma pauvre…

    Ton post m’a rappelé tant de (mauvais) souvenirs. Celle qu’on choisit en dernier, celle incapable de faire un poirier, la roue sur une poutre,… et qui semblait si facile pour d’autres (et pour cause : certaines faisaient de la gym en club, grrrr). Et puis, un jour, j’ai découvert une activité où j’étais meilleure que les autres (la natation), et l’incroyable sensation de fierté quand tout le monde te félicite parce que tu as soi-disant bien nagé pour une compétition pour l’école … Ahhh …

    p.s.: c’était formidable, Cynthia, une belle histoire d’amour, du rock, du sport (et autre chsoe que du football), vraiment, on en fait plus des dessins animés comme ça, et je plains les enfants …

    le 10 avril, 2011 à 13 h 19 min
     
  • Pour le coup, voilà la seule et unique chose pour laquelle jamais je n’encouragerai mes enfants au moindre effort. Ils auront leurs excuses et certificats quand ils veulent, et seront dispensés de cette injustice au bac, qu’on se le dise. L’activité physique, c’est à l’extérieur de l’école. Genre avec des vrais profs qui PRATIQUENT l’activité en question et qui ne sont pas des je-m’en-foutistes sans psychologie aucune.

    Vous n’avez jamais remarqué que faire partie des mauvais dans un VRAI cours de sport pousse à l’amélioration et l’effort, alors que dans un cours d’EPS, ça casse toute confiance en soi? J’ai pas encore réussi à analyser d’où ça vient mais ça fait partie des violences quotidiennes de l’adolescence dont on se passe très bien… D’ailleurs la preuve par les commentaires, de nombreuses personne en gardent le même souvenir amer et en rit jaune.

    le 10 avril, 2011 à 20 h 39 min
     
  • o/ tout PA-REIL. Une vie d’adulte = pas de cours de sport, c’est sûrement ce que je me suis dit aussi. (J’avais pas pensé aux responsabilités, factures, loyers et autres joyeusetés!)

    le 10 avril, 2011 à 21 h 20 min
     
  • On a tous un souvenir de sport au collège qui était absolument détestable. Etant un garçon, la gym a été une longue succession d’échecs, de brimades, d’humiliations et dieu que ces deux heures passaient lentement.
    A croire que les profs de sport au collège/lycée ne savent qu’humilier.
    Maintenant, je fais du sport seul, je m’en sors bien, et j’espère franchement que les divers profs de sport que j’ai eu se font royalement chier dans leur métier.

    le 11 avril, 2011 à 4 h 13 min
     
  • LE SPORT A SAVUE MA VIE !!!

    Eh oui, j’étais nulle en tout sauf en sport, ce qui m’a permis de préserver un minimum de confiance en moi ^^

    PS : A part ça, l’image que nous avons des premiers de classe binoclards et nuls en sport, c’est totalement faux, tous ceux que j’ai connus étaient aussi, ces ignobles salopards, excellents en soport !

    le 11 avril, 2011 à 11 h 39 min
     
  • Correction bis : sport, sport, sport…

    (vous comprenez pourquoi j’étais nulle à l’école ?!)

    le 11 avril, 2011 à 11 h 41 min
     
  • L’acteur qui joue Nathan quitte la série Misfits.

    Skins rulz

    le 11 avril, 2011 à 11 h 46 min
     
  • Popol : NAAAAN ?! RIP MISFITS. S’il part, la série meurt.

    le 11 avril, 2011 à 11 h 48 min
     
  • PS : à tous ceux qui préconisent plus de sport à l’école, réflechissez deux secondes : Savez-vous au moins combien d’enfants ne pratiquent pas de sport en dehors de l’école ? (jeux vidéos et télé oblige : pas le temps !)Combien d’enfants mènent une hygiène de vie déplorable ? Mal bouffe et manque d’exercice physique = problèmes de santé… éventuellement de l’obésité.

    J’ai survécu à l’école et mon image de cancre, on peut survivre à l’EPS. Alors bougez-vous le cul ! Et courage Titiou pour la REprise de sport…

    le 11 avril, 2011 à 13 h 25 min
     
  • Il faut bien défendre le sport. Sans avoir été un grand sportif, ça ne m’a jamais dérangé. Et c’est tout à fait normalement que j’acceptais de me faire chambrer quand je terminais bon dernier du cross (l’endurance, pfff….).
    En quittant le lycée je m’étais fait une autre promesse: arrêter de lire !! Voilà !! Je n’ai pas honte de le dire ici :) Le traumatisme des cours de français ! Ces petites pimbêches qui se foutaient de ma gueule parce que je ne voyais pas la beauté de la césure à l’hémistiche.
    Cette roue que tu n’as jamais réussi à faire, c’est ma copie double PETIT FORMAT que je n’ai jamais réussi à remplir pour une dissertation.
    Depuis j’ai recommencé à lire avec plaisir, mais j’ai eu une année de pur bonheur après le bac Français.

    le 11 avril, 2011 à 14 h 07 min
     
  • Eh mais c’est quoi cette quantité insensée de commentaires ?? Je suis moi aussi un traumatisé de l’EPS, et aujourd’hui je fais du sport au club gay, pardon, au club Waou. Y a-t-il un rapport ?

    le 11 avril, 2011 à 23 h 02 min
     
  • Dans le même thème « il va y avoir du sport » mais moins poilant (avec épilation maillot) un texte à mettre entre les dents :
    http://www.herosordinaires.com/2011/04/10/monsieur-weber-baudelaire-moi/

    le 12 avril, 2011 à 8 h 49 min
     
  • Merci à toi. C’est ma vie que tu racontes bordel!!

    Moi je m’étais inscrite en GRS, même si j’étais la dernière en sport, mais j’avais quand même le rythme de cynthia dans mon coeur…
    Mais putain, les minutes où les équipes se choisissent et où toi, tu restes toujours le dernier, je crois qu’ils éviteraient à beaucoup de gosses pas mal d’années de thérapies en abandonnant ce système à la con!

    le 12 avril, 2011 à 10 h 03 min
     
  • Coucou.

    Et ben je n’ai jamais posté de commentaire mais là, et bien tu racontes presque aussi ma vie. Sauf que moi c’était :

    1. Le lancer du poids : je m’appliquais, j’en voulais, je mettais toutes mes forces dans mon lancer. Avec mon petit bras mou, en général, ça donnait un magnifique lancer de 20 centimètres. Genre pouf le poids part, là tu y crois. Pouf il tombe parfaitement verticalement. Et tu n’y crois plus.

    2. En volley : j’étais toujours TOUJOURS au fond de la succession de terrains de volleys où le principe c’est tu gagnes, tu montes. Jamais moi et mon équipe ne sommes montés plus haut que le deuxième terrain (même si on arrivait à exaspérer méchamment nos adversaires de par notre nullité). J’étais incapable de faire un service (rapport au lancer du poids ?) et mon crâne attirait furieusement les balles projectiles lancées à 1000 km heure. Pis ça faisait mal aux mains donc je préférais pas rattraper.

    Et comme je suis d’accord avec Marino sur le système humiliant au possible des équipes qui choisissent les élèves au fur et à mesure !

    le 13 avril, 2011 à 20 h 33 min
     
  • Bon eh bien fermons les écoles carrément… Il y a toujours un domaine d’activité pour lequel on est moins doué et où, par conséquent, les humiliations sont possibles ou nombreuses… Moi c’est pareil que Laurent (5 coms plus haut) mais avec les maths… et si t’es pas bon en math, c’est que t’es nul ! Et puis il y avait tout le reste : livrée à moi même, je fichais rien. Il faut pas grand chose parfois pour prendre la place du cancre. J’ai quand même fini par faire une école de commerce, j’adore lire et surtout écrire, activités auxquelles je consacre, aujourd’hui, plus de temps qu’au sport.

    En tout cas, à l’école, c’est au sport que je dois le plus : ça m’a aidée à traverser des années de galère !

    le 15 avril, 2011 à 9 h 52 min
     
  • Assez d’accord avec Anaïs , et girlsandgeek, il faudrait fermer l’éducation nationale. pas supprimer l’école ça non, mais le pouvoir démentiel qu’ont les profs de toutes races et de toutes matières sur la vie des gamins.

    ET c’est une perversion – moderne – de ce qui serait des jeux autrement. Le sport est un phénomène social, qui s’apparente à tous les phénomènes sociaux du début du 20eme fin du 19eme : nationalisme, communisme révolutionnaire (qui deviendra stalinisme, maoisme…), etc …
    industrialisation, capitalisme , fabrication en chaine… pas que mauvais, mais quand mème souvent pervers.
    Ainsi le naturisme donna, entre autres nudismes, le « sport » …

    N’ayez pas honte de ne pas aimer « le sport » – en revanche ne ratez pas une occasion de faire un peu d’exercice physique, de jouer …

    le 20 avril, 2011 à 13 h 35 min
     
  • ta roue… j’en ris encore.
    merci

    le 16 mai, 2011 à 22 h 34 min
     
  • Hahaha ça fait plaisir, je me revois très bien au collège dans ce que tu racontes ! J’avais moi aussi en horreur les jeux de ballons, surtout quand le prof désignait 2 chefs d’équipe qui devaient appeler un joueur chacun leur tour pour constituer leur équipe : il ne restait toujours que moi à la fin et personne ne se battait pour m’avoir.
    Je rêvais de l’après-bac comme d’un monde sans « EPS »

    Toujours aussi agréable de te lire, je suis dans ton passé car je tiens à lire ce blog dans l’ordre et depuis le début depuis que je l’ai découvert ! Maintenant que je lis du 2011 je sens que je m’approche de ton présent à grands pas !

    le 9 juin, 2011 à 23 h 01 min
     
  • Tu m’as trop fait rire !!! Ca m’a fait pensé à un blog que j’avais lue il y a quelques années (si ca t’interesses http://www.tonton5.fr/bordel/index.php?post/2007/06/28/125-frein-et-refrain). En tout cas toi je t’adore, continues !

    le 10 juin, 2011 à 11 h 41 min
     
  • La meme mais version jeanne et serge…

    le 10 juin, 2014 à 19 h 46 min
     

Poster un commentaire