Social

fil rss girls and geeks girls and geeks sur facebook girls and geeks sur facebook

Citations

Je crois que je suis à un tournant de ma vie.
-Moi, une fois par semaine
 

Cam

tartine

Les Archives

31 octobre 2009

Mes amis

Mes amis ont toujours eu un point commun : appartenir à cette catégorie de personnes pour qui les choses ne vont pas d’elles-mêmes. Les choses étant en premier lieu la vie. Pour certains, la vie, ça va de soi. Pas la vie au sens des emmerdes. Tout le monde rencontre des emmerdes plus ou moins douloureuses ou graves. Tout le monde a des difficultés. Mais certains, en-dehors des périodes d’emmerdes, et bien, ils vont bien. Enfin… Ils voient pas pourquoi ça irait pas. Si ça va, c’est que ça va. Et puis ça va ou ça va pas. Pour d’autres, pour mes amis, c’est différent. Etre en vie n’est pas une chose naturelle, simple qui se vivrait avec une facilité innée. Cette facilité-là, ils ne l’ont pas eue à la naissance. On les a floués à un moment très lointain, tellement lointain qu’ils ne s’en souviendront jamais. Face à ça, ils ont des réactions différentes. Certains aspirent à l’acquérir même si ça leur demandera des années de travail sur soi. D’autres espèrent ne jamais l’avoir, toujours vivre l’existence comme un mystère difficile, et même douloureux, parce que ça leur semble plus beau, ou plus juste, ou plus eux-mêmes, ou plus inspirant. Avec ma meilleure amie, on voulait juste trouver notre équilibre dans ce déséquilibre total. Trouver une voie médiane qui nous permettrait de vivre sans être totalement les victimes de ces grands huits existentiels. S’accorder un peu, de temps à autre, avec le monde. Et parfois être encore suffoquées par son intensité. Parce qu’il ne s’agit pas d’être déprimé par un faisceau de causes structurelles et conjoncturelles précises. Il fait moche, je suis seul, j’ai pas de thune, je me suis engueulé avec mes parents. C’est autre chose. C’est un sentiment d’absurdité qui peut étouffer. Mes amis, j’en ai vus s’effondrer. S’écrouler. Tomber dans des gouffres de souffrances. Vibrer comme personne. Avoir la chair de poule pour la magie d’un instant. Et être prêts à rechuter cent fois pour cet instant-là. Et tous ceux qui paraissaient ainsi si totalement inaptes à l’existence sociale qu’on exigeait d’eux, c’est également ceux qui vivaient les jours avec le plus de puissance. Certains en rêve, certains préféraient s’imaginer des vies différentes et des super-pourvoirs. D’autres restaient enfermés chez eux à écouter toute la musique existante ou regarder tous les films du monde. Et puis ceux qui y allaient quand même, qui pensaient que leur fragilité c’était leur force poétique et qu’il fallait l’éprouver face au monde, de Londres à Milan. Aucun n’avait de solution, trop bien placé pour savoir que le problème c’était précisément qu’il n’existait pas de solution, mais chacun a fait son choix. Et forgé une vie différente.
Mes amis auront toujours quelque chose de l’adolescence, quoiqu’ils en disent, quoiqu’ils fassent. Mais la plupart s’en sort bien. Pas tous. Certains sont restés coincés quelque part sur le bord du chemin, sans aucune aide possible.
Et une, celle qui m’a fait lire la Modification de Butor, vit dans la rue depuis dix ans. Et elle, l’intensité de la vie et les grandes phrases sur l’existence, elle en a plus rien à foutre. Pourtant, s’il y en a une qui supporte l’absurdité au jour le jour, c’est elle.    
partager ce post sur: facebook | twitter |

 

 

7 commentaires pour “Mes amis”

  • c’est beau et triste à la fois… Les gens normaux, ça te rebute?

    le 19 juin, 2010 à 22 h 37 min
     
  • Je n’ai de cesse de revenir à ce post tant il décrit cet état que je connais bien.. tes mots me reviennent souvent en tête, merci :)

    le 26 juillet, 2010 à 1 h 59 min
     
  • […] reviens systématiquement sur ce post et je me demande si j’ai quelque chose contre les gens normaux, moi. En fait je crois juste que […]

    le 26 juillet, 2010 à 2 h 25 min
     
  • Dire que je suis tombé par hasard sur ce blog en cherchant des trucs sur des choses qui me… qui me désespéraient.

    « Mes amis », tiens donc! Putain, tes amis ressemblent aux miens!
    Et tes mots m’en ont remis d’autres en tête http://www.youtube.com/watch?v=A6jSWf08iAk et m’ont fait sourire malgré la chute… Donc, merci!

    le 31 août, 2010 à 20 h 39 min
     
  • Est ce la même fille qui vient d’avoir un enfant avec son patron ? (même si je suis un peu déçu par le cliché de la trentenaire qui se case avec son chef, vite vite avant qu’il ne soit trop tard, toutes mes félicitations)

    Bon à part ça, j’aime beaucoup tes articles, merci d’écrire.

    Ps : Copyright © 2012 girls and geeks #lol

    le 22 mai, 2012 à 0 h 00 min
     
  • Pour le dire simplement, ce post est magnifique.

    le 17 mars, 2013 à 23 h 42 min
     
  • Mon commentaire va vous sembler sortir de nulle part parce que j’arrive un peu après la bataille , mais en réalité je suis en train de relire votre blog depuis le début parce que j’aime beaucoup beaucoup ce que vous écrivez (c’était la grande déclaration du jour… j’espère que je ne vais pas vous faire peur, je vous promets que je ne fais pas partie des lecteurs « fou » pour reprendre ce que j’ai lu dans un article précédent… du moins je l’espère).

    Je tenais juste à dire que j’ai trouvé cet article magnifique, vraiment et je n’ai pas pu passer à la page suivante comme si de rien n’était.

    Merci d’avoir ouvert ce blog durant cet été 2008.

    le 29 août, 2013 à 23 h 34 min
     

Poster un commentaire